Vassilis Chapitre 39


Publié le Samedi 15 Juillet 2017

897 mots

3 minute(s) de lecture

Cela faisait maintenant trois mois que l’épisode de la belle-de-nuit avait été élucidé et que je partageais non seulement la caravane, mais aussi le lit ainsi que la vie du Grand Vassilis.

J’en étais à un stade de ma vie où tout était parfait, juste parfait. Plus de craintes, plus de doutes, plus de frustrations. Enfin presque. Juste une légère nausée matinale, signifiant les conséquences de mon étourderie lors de nos nuits. Il me faudra l’annoncer à l’intéressé d’ici peu. Avec des pincettes.

Alex n’était pas du genre démonstratif en dehors de nos moments d’intimité. Mais dès qu’il en avait l’occasion, j’étais toujours gratifiée d’un effleurement, d’un baiser volé dans les loges, de petites attentions discrètes qui n’échappèrent pourtant pas à la troupe. Personne n’y trouva à redire vu la tournure des évènements.

Enfin, presque personne, car lorsque ce fut officiel, le cirque perdit un nouveau membre. Audrey fila un beau matin, laissant une lettre dans laquelle elle annonçait son départ, son mécontement et avouait être responsable de l’incident de la malle. Ayant badigeonné mon côté avec du savon noir.

Elle ne m’avait vraiment pas à la bonne.

Quant à Tommy il prenait part à la parade finale de chaque représentation. Il était encore petit et le public lui pardonnait ses maladresses, trouvant adorable au contraire qu’il soit déjà aussi passionné pour son âge. Les relations père-fils allant de mieux en mieux chaque jour. Alex le faisait répéter une demi-heure avant le spectacle et s’était même décidé à le coucher lui-même chaque soir.

Depuis le départ d’Audrey, la troupe d’acrobates comptait un membre de moins qu’il fallait remplacer au plus vite. Ce dont Alex s’occupa en priorité. Il me confiait de plus en plus de tâches, outre notre relation, j’avais gagné sa confiance.

— Olivia, ma chérie, tu peux contacter celle-ci ? Elle n’a jamais travaillé dans un cirque, mais vu le CV des autres candidates, c’est encore la plus potable.

Il me glissa sa fiche, la photo d’une jeune femme fine et brune au sourire timide me parut immédiatement sympathique.

— Et je crois que Chris a une préférence pour les brunes, souffla-t-il sans lever le nez de ses comptes.

Je ne pus retenir un sourire. Il y avait de la vengeance dans l’air.

Sophie, notre future recrue potentielle, pouvait se libérer dès le lendemain pour une audition. Sa spécialité étant les tissus aériens, une nouveauté, Alex se chargea lui-même d’installer le matériel. Chris avait été convié à l’assister.

— Elle s‘appelle comment tu dis ? demanda-t-il à Alex juste avant son arrivée

— Sophie. Je suis sure qu’elle te plaira. Elle nous plaît déjà à nous.

Toujours pince-sans-rire, je fus gratifiée à sa place d’un regard interrogatif de la part de l’athlète. Il y avait là comme un goût de déjà vu.

En effet la demoiselle ne lui fut pas indifférente. Chris fut si subjugué par sa grâce qu’il n’osa même pas lui serrer la main, déployant son habituel numéro de charme. De son côté, Sophie rougissait rien qu’à le regarder. En plus de son potentiel à faire partie de la troupe, autre chose se dessinait à l’horizon.

— Tu crois qu’elle connaît la légende de la belle-de-nuit ? murmurais-je à l’oreille de mon amour.

Mission numéro un. Accomplie.
Mission numéro deux. En très très bonne voie.
Mission numéro trois. Enclenchée.

Fin.