Vassilis Chapitre 33


Publié le Mardi 11 Juillet 2017

1425 mots

5 minute(s) de lecture

Il s’excusa de son arrivée tardive, légèrement embarrassé et s’attabla avec elle.

— Je vous réchauffe votre dîner ?

— Oh heu, ça dépend. Tu préfères peut-être qu’on aille manger quelque part ? lui fit-il.

— Oh non, je préfère rester ici, dans ton antre.

Je levai les sourcils. Ils étaient si proches que l'on aurait dit qu'ils se connaissaient depuis des semaines.

— Il en reste, je vous sers deux assiettes.

Ce que je fis avant de m’asseoir face à eux. Visiblement, j’étais de trop, je ne pouvais m’empêcher de les fixer. Monica s’arrangeant pour le coller au flanc sur la banquette.

— Vous vous êtes croisés à la fin du spectacle ? finis-je par demander.

— C’est… plus complexe que ça, avoua-t-il, l’air un peu gêné.

Comment ça plus complexe ? Quelque chose m'avait échappé.

— En fait, il y a quelques semaines, il m’est arrivé une drôle d’histoire. Vous vous souvenez lorsque je vous demandais si vous n’aviez rien entendu de bizarre la nuit ?

— Heu oui.

J’eus comme une bouffée de chaleur immédiatement calmée par une douche froide. Des fourmis dans les jambes, l'envie de filer d'ici avant d'entendre la suite.

— Hé bien disons que d’une certaine façon, Monica et moi… Quelqu’un vous a déjà parlé de la légende de la belle-de-nuit ?

Elle souriait de toutes ses dents, heureuse. Et moi je me sentais rapetisser à vue d’œil. C’était moi la belle-de-nuit , il n’y en avait qu’une seule !

— Vaguement, répondis-je.

J’aurais pu tourner de l’œil, il n’aurait rien remarqué. Elle se l’était accaparée, devenue le centre de ses attentions. Par quels maléfice ou sortilège avait-elle pris ma place ?

— Je… je vais aller me coucher, je crois.

— Bonne nuit ! lança-t-elle.

Depuis la chambre, j’entendis ses gloussements, des chuchotis jusqu’au moment où plus un son ne fusa. Que faisaient-ils ? Cela me tournait les sangs. Ils étaient surement en train de… de s’embrasser. Juste s’embrasser. Mais même cela me fendait le cœur en deux. J’étais assise dans mon lit, tendant l’oreille, à l’affût du moindre bruit. C’était peut-être le moment de me dénoncer et mettre fin à cette mauvaise blague ! Ou d’être prise pour une folle à tout jamais.

D’autres rires me parvinrent, ainsi que le martèlement de ses talons sur le plancher. Enfin, elle partait, il fallait que je lui parle ensuite, il fallait que…

— Je peux me rafraichir où ?

— La salle d’eau est là, je t’attends.

Non, c’était vers la chambre qu’ils se dirigeaient ! Mais non, ils n’allaient pas… pas alors que j’étais juste à côté… elle n'allait pas me voler mes nuits !

Je me levai lorsqu’ils passèrent dans la chambre, bien décidée à interrompre ce cirque et annoncer que tout cela n’était qu’une usurpation d’identité. Pieds nus, en t-shirt je traversai la pièce à vivre jusqu’à leur porte et y collai l’oreille avant de passer à l’attaque. Des bruits humides me parvinrent, m’arrachant un bout de cœur supplémentaire. Si je ne me décidai pas, il n’en resterait bientôt plus rien.

— J’ai envie de le faire avec la lumière cette fois, je veux te voir.

— Comme tu veux, cela ne me dérange pas mon Grand Vassilis.

— Tu m’as manqué, je pensais que tu ne reviendrais jamais.

— Pourtant tu n’as pas été très sympa la dernière fois ?

— La dernière fois ?

— Oui, mais c'est pas grave. Je croyais que tu sortais avec cette drôle de fille qui vit avec toi, Olivia. Elle parlait d’un lit alors tu comprends…

Le ton d’Alex changea du tout au tout.

— Attend, de quoi tu parles ?

— Après la représentation à Guines. Cela faisait trois fois que j’essayais t’approcher, passer un moment avec toi.

— Guines ? Et… Guise ? Laon ?

— Pardon ?

— Oui tu es revenue plus d’une fois depuis…

— Quoi ? Mais non. J’aurais voulu, mais avec mon travail, je n’ai pu me libérer que maintenant.

— Mais tout à l’heure… tu disais que tu venais me rejoindre toutes les nuits !

— Dans mes rêves, je te rejoins toutes les nuits dans mes rêves mon chéri.

— Je ne parlais pas de putains de rêves, mais de la réalité !

Il semblait fâché à présent, leur petite nuit s’annonçait mal. Alors il s‘agissait d’un quiproquo ? Décidément, à force de mystère, voilà où nous en étions arrivés. Non Monica, Alex n’a pas voulu dire qu’il rêvait de toi, mais bien qu’une femme le rejoignait pour de vrai.

Une mini dispute éclata, les talons de la demoiselle s’approchèrent rapidement de la porte. Je devais filer au plus vite ! Pas le temps, je m’engouffrai dans les toilettes. Espérons qu’aucun des deux n’ait envie de faire pipi.

— Putain de merde ! fit-il une fois partie.

Il dut frapper quelque chose, car j’entendis un bruit d’objet tombant au sol, la lampe peut-être. Voilà… bravo Olivia… Si d’un côté, je lui avais rendu un peu de sa joie de vivre, je l’avais également gravement perturbé. Au fond, peut-être n’aurais-je jamais dû me mêler de sa vie, continuer à m’occuper de Tommy, partir vivre chez mon frère et… et j’étais perdue. Tout autant que lui, à ne plus savoir où j’en étais. Si ce n’est derrière une porte et mourir d’envie de me trouver de l’autre côté. Mais pas à cet instant alors qu’il venait manifestement d’envoyer autre chose s’écraser par terre.