Vassilis Chapitre 6


Publié le Samedi 17 Juin 2017

1554 mots

6 minute(s) de lecture

J’avais confié le petit à Nanny comme prévu. Elle le garderait avec elle lors de la vente de billets et durant le spectacle. Je trouvais dommage de vivre dans un cirque et de ne pas assister aux représentations. Surtout qu’il aurait sûrement adoré. Le cirque Vassilis étant familial, il aurait fait une adorable petite mascotte. Mais les ordres pour ce soir étaient clairs.

Vu le manque de place dans mon nouveau logis, je n’avais pas trop le choix et déposai ma valise sur ce qui s’apparentait à un plan de travail. Enfin, je dénichai cette fameuse petite robe tout au fond ainsi que mes affaires de toilettes. Droite, aux épaules tombantes et arrivant au-dessus du genou elle était simple, élégante, mais sans être trop aguicheuse. Elle devrait convenir. Une douche et un brushing express plus tard, m’étant cogné les coudes plus d’une fois dans l’étroite cabine, j’étais devant l’entrée.

— Olivia ! m’appela la vieille dame. Tiens ! Ton ticket !

— Merci !

Wow ! Je me sentais telle une invitée de marque avec cette place VIP située juste au-devant de la scène. Je n’en raterai pas une miette et m’en réjouissais d’avance. Je trouvai rapidement une place  juste à côté d’une jeune femme blonde portant elle aussi une robe digne d’une soirée au restaurant et non au cirque. Autour de nous, c’était surtout des familles ainsi que des enfants qui s’installaient.

— Bonsoir ! fis-je gaiement.

— Oh bonsoir ! Ça commence bientôt, je suis super impatiente ! m’avoua-t-elle d’emblée. Je m’appelle Monica.

— Olivia, me présentais-je. Vous aimez le cirque à ce point-là ?

— Oh non ! Enfin si, j’aime ça, comme tout le monde. Je suis allée voir la troupe le mois dernier avec ma filleule, elle adore les chevaux. Je ne suis pas d’ici et j’ai fait la route exprès pour l’un des artistes. Il est extraordinaire.

— Ah ? Lequel ? Un équilibriste, je parie. Blond avec des yeux bleus.

Je songeai immédiatement à Chris, plutôt pas mal dans son genre et charmeur. Il avait tout pour faire craquer les demoiselles en un clin d’œil.

— Non non, pas lui, rit-elle aux éclats. Quoiqu’il est mignon aussi. C’est l’illusionniste ! Le Grand Vassilis ! Il est si… mystérieux, si sexy ! C’est la troisième fois que je viens rien que pour le voir, il me fait fondre littéralement. Mais cette fois, je passe à l’attaque.

— Bonne chance, fis-je alors sans trop savoir si c’était judicieux ou non.

L’illusionniste. Le seul que je n’avais pas encore croisé. Un cousin ? Un oncle du grand colonel Alex ? J’étais censée travailler avec lui, cela m’était sorti de la tête. Sans doute pour cela qu’il avait insisté pour que j’assiste au spectacle, afin de savoir ce qui m’attendait.

— Vous verrez, rien que son entrée est à couper le souffle ! Ah ! Ça commence !

Elle trépignait sur sa chaise, lançant de régulières œillades vers l’arrière de la scène dès que les rideaux s’entrouvraient. Monsieur Loyal alias Max Vassilis apparut dans son magnifique costume rouge et pantalon noir. Il était accompagné de quatre jeunes danseuses. Leurs tenues étaient assorties à la sienne, bien que ces demoiselles étaient plus dévêtues, portant une veste similaire sur un body noir. Il  nous remercia d’être venus sur une musique entrainante tandis que les filles dansaient. Il ne chantait pas vraiment, mais son ton était juste alors qu’il annonçait les numéros à venir.

Il fut subitement interrompu par des clowns se poursuivant. La musique elle-même cessant comme si l’un d’eux avait débranché les haut-parleurs. Ceux-ci arrosèrent tout sur leur passage, faisant fuir les autres artistes. Mais l’effet était assuré. La plupart des gosses étaient pris de fous rires devant leurs pitreries.

Le calme revenu, Max revint et annonça le véritable premier numéro avec une mine faussement exaspérée tout en gardant le sourire. Celui de Daisy et sa compagnie de caniches savants. L’un des clowns réapparut peu avant la fin de la prestation, je reconnus l’époux de la dresseuse qui fit mine de se moquer des toutous. Il se tenait le ventre à deux mains en rigolait le plus fort qu’il put. Daisy lui fit les gros yeux et c’est finalement l’unique caniche noir qui se mit à le courser sous une nouvelle salve de rires. Ils disparurent dans les loges d’où l’on entendit un cri exagéré et drôle malgré tout. Le chien revenant fièrement, un caleçon abominablement long, blanc avec de petits cœurs dans la gueule. Le vilain clown avait donc été puni, le spectacle pouvait continuer.

Je devais avouer que cela me fit retomber en enfance, riant de bon cœur ou m’extasiant devant le talent des animaux dressés. La suite fut mieux encore. Chris ainsi que les acrobates dans diverses figures. En fin de numéro ils furent imités par les clowns qui s’imposant de nouveau, prouvèrent cette fois qu’ils étaient plutôt doués en jonglage.

L’atmosphère se fit subitement plus tendue et Monsieur Loyal revint en piste, l’air grave.

— À présent, le clou du spectacle ! Je vous en prie, mesdames et messieurs, les enfants, pas de bruit. L’artiste doit demeurer concentré.

Chris seul devait effectuer un tour de force. Il fit mine d’échouer sous les « oh » du public avant de réussir, entraînant une salve d’applaudissements. Mais un petit clin d’œil dédié à l’assistance me fit comprendre que tout était calculé. Enfin l’entracte fut annoncé. Je me sentais dans l’ambiance, transportée, excitée et rêveuse à la fois. Une vraie gosse. Monica disparut durant tout ce temps et revint in extremis. Mon petit doigt me disait qu’elle avait tenté de croiser ce Grand Vassilis du côté des loges.

— Et voici le prochain numéro, annonça enfin Max. Celui qui va vous époustoufler ! Vous souder à vos chaises ! Vous troubler jusqu’à…

— Le voilà ! soupira ma voisine.

Soudain, ce fut le noir le plus complet. Monsieur Loyal balbutia quelques paroles inquiètes avant de rassurer la foule lorsqu’un spot éclaira le centre de la piste. Une dense fumée noire l’avait envahie et se dissipa lentement, laissant apparaitre l’illusionniste en personne. Monica ne m’avait pas menti, son entrée en scène était extra. Je m’y étais laissée prendre.

Ce dont je ne me doutais pas une seconde, c’était que cet illusionniste, ce Grand Vassilis que je pensais être un autre membre de la famille, c’était notre général en chef ! Alex Vassilis lui-même ! Et... houlala !