Gaëlle Laurier

Auteur de romances. Découvrez mes univers.

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode



Princesse Chloé

Chapitre 42


Le bruit qui fit trembler tout le palais était celui d’un véhicule encastré dans l’entrée principale. Apparemment, ils n’avaient pas hésité à entrer par la grande porte qu’on veuille la leur ouvrir ou non. Nicolas tint à me conduire à ma chambre, mais je le suppliai de me mener à mon père avant cela.

— Tu le verras bientôt, crois-moi. Nous devons encore sécuriser le palais pour le cas où. Le mieux que tu as à faire est d’aller te reposer. Je…

Il n’eut pas le temps de me convaincre ni de terminer sa phrase qu’autre chose nous tombait dessus. Un hélicoptère survola le palais, balayant les fenêtres de son projecteur aveuglant. Dans un timing parfait, des véhicules blindés arrivèrent et s’alignèrent rapidement devant la façade, des hommes armés en descendirent, mirent un genou à terre tout en pointant l’édifice de leur canon. Enfin un militaire, plus âgé s’en détacha et cria à notre attention.

— Vous êtes cernés, Votre Majesté ! Rendez-vous !

— Non, mais il n’est vraiment pas gêné ! s’écria Nicolas plus fâché qu’inquiet.

— Que personne ne tire, je m’en occupe !

Il traversa le hall, ouvrit ce qui restait de la grande porte et se positionna face à la mini armée venue en renfort.

— Baissez vos armes ! fit-il à l’attention de ce petit commando. Ici le lieutenant Pike, nous détenons les dissidents en respect. Le roi Karl est avec nous. Et mieux encore, Sa Majesté Edward ainsi que notre prince héritier sont ici et se portent bien.

Ce fut la confusion parmi les hommes, je n’y compris plus rien avant qu’il n’enchaîne.

— Grand-père, tu as un sacré culot nom de Dieu !

— Nicolas ? Mais nous… nous avons reçu un appel de détresse qui...

— Qui vous donnait l’impression que le roi Anton était sur le point de terminer ce qu’il avait commencé. Es-tu venu le stopper ou… lui prêter main-forte ? Qu’on arrête cet homme, il devra répondre devant la cour martiale slandavienne à notre retour.

— Nicolas ! Tu es devenu fou ! Tu sais ce que tu risques ?

— Christopher James Pike, vous êtes en état d’arrestation pour faits de haute trahison, tentatives de meurtres et complicité avec l’ennemi. Sans compter le mariage forcé afin de s’emparer du trône bien entendu. J’assumerai mes erreurs grand-père, a ton tour d’assumer les tiennes.

Le roi lui-même apparu suite à toute cette agitation. Il passa devant moi, peu rassuré et pressé. C’était la première fois depuis si longtemps que je el voyais en personne. Cela en plus des évènements récents, j’en avais le tournis et n’osai l’aborder.

— Chloé ?

L’énoncé de mon prénom m’incita à me retourner. Un jeune homme porté par des béquilles se tenait, les yeux écarquillés derrière moi.

— Vous êtes… enfin, tu es bien Chloé n’est-ce pas ?

— Oui.

Quant à mon frère, je le voyais pour la première fois en chair et en os.

— Je suis rassuré que tu n’aies rien.

— Je suis rassuré moi aussi de vous voir vivants tous les deux.

Il m’avait toujours semblé si austère, si distant et là, il me souriait alors que je demeurais intimidée.

— Bien que... si tu as survécu à mère-grand, tu peux survivre à tout.

Cette petite remarque me fit sourire franchement. Tiens, lui aussi la surnommait comme ça ! Deux hommes passèrent près de nous, emmenant l’ex-général Pike vers une pièce à l’étage. Mon père les suivant accompagné de
Nicolas.

— Je n’aurais jamais imaginé cela de lui. Je suis navré lieutenant. Je prendrai les mesures nécessaires dès notre retour. Qu’un avion soit prêt à partir dès demain matin pour la Slandavie.

Il stoppa net devant moi, je me figeai de nouveau.

— Chloé !

— Papa !

J’aurais peut-être dû employer un terme plus conventionnel, moi qui n’avais jamais vraiment su ce qu’il pensait de moi. Étais-je à ses yeux une erreur que l’on assume, la laissant malgré tout dans un coin ou… Il ne s’en offusqua pas le moins du monde et je me retrouvai une seconde plus tard entre ses bras.