Gaëlle Laurier

Auteur de romances. Découvrez mes univers.

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode



Princesse Chloé

Chapitre 24


La réunion parlementaire officielle statuant sur le sauvetage de nos souverains eut lieu le lendemain très tôt. Et cette fois, je n’y fus pas conviée. Je tournai en rond dans ma chambre, attendant des nouvelles. Il était certain qu’une fois voté, Nicolas partirait au plus tôt pour Malakavia. J’espérais de tout mon cœur qu’il puisse au moins parvenir jusqu’ici afin de le revoir avant son départ.

Soudainement, la porte de ma chambre s’ouvrit. Maximilien apparu, essoufflé et la referma aussitôt derrière lui comme poursuivit par le diable en personne.

— Mes excuses mademoiselle, fit-il reprenant difficilement son souffle.

— Quelque chose ne va pas ?

— Je précède la reine mère de quelques instants à peine. Le parlement a pris sa décision et elle n’est pas très contente.

— Ne me dites pas qu’ils sont contre l’envoi d’une mission diplomatique !

— Oh non ! Ils sont pour au contraire, mais… il y a eu comme une modification de dernière minute.

Des coups à la porte l’interrompirent, ce devait être mère-grand. Il s‘écarta, remit sa mèche en place et ouvrit tout en s’inclinant. Deux femmes de chambre la suivaient et je craignais subitement qu’elle vienne m’annoncer mon départ précipité, qu’elle me renvoyait à Paris, les mains dans les poches. Et tout cela sans avoir pu embrasser une dernière fois Nicolas ni lui souhaiter bonne chance.

— Chloé. Ce que je viens t’apprendre n’est pas de ma décision.

Je fronçai les sourcils, ne comprenant pas vraiment où elle souhaitait en venir tandis que les employées se jetèrent sur ma garde-robe, entassant soigneusement mes effets personnels dans mes valises.

— Cela signifie que vous me renvoyez ? Puis-je au moins rester ici encore quelques heures, que je puisse…

Je n’osai lui avouer mon attachement pour le dernier descendant de ses pires ennemis subitement.

— Le lieutenant Pike viendra te chercher d’ici une heure. Les leçons de savoir-vivre et de diplomatie que tu as reçues durant ton séjour te seront utiles, plus que jamais.

— Je ne comprends pas.

— Le parlement a décidé… ou devrais-je dire que le Duc a influencé cette décision... que ce sera toi qui te chargeras de mener cette mission diplomatique en Malakavia. Puisqu’il n’est plus question que tu montes sur le trône, en l’absence du prince, c’est à toi qu’incombe cette tâche. J’ai vainement tenté d’éviter cela. N’oublie pas que c’est toute la Slandavie que tu représenteras une fois là-bas, que la moindre bévue peut avoir des répercussions épouvantables. J’attends de toi un comportement parfait, une attitude exemplaire.

— Moi ?

Outch ! Me rendre à sa place afin de parlementer ? Mais comment lui dire que je n’avais reçu aucune formation ! Pourquoi ce Duc s’acharnait tant à ne pas vouloir me laisser en paix ?

— Prépare-toi, vous partez dans deux heures.

Elle me tourna le dos alors que je demeurais muette, pesant le pour et le contre. Je n’avais aucune idée de ce qu’il faudrait dire ou faire dans une pareille situation. Cependant, la reine Grâce stoppa avant de passer la porte.

— Chloé… nous ne savons pas grand-chose de cet Anton Pavel régnant sur Malakavia. Mis à part qu’il faisait partie des forces armées et n’a pas hésité à renverser un roi pourtant apprécié de son peuple. Ses premières mesures font par ailleurs froid dans le dos. Soit prudente.

Sa froideur s’était estompée au fil de ses mots, jusqu’à en murmurer la fin avec émotion. J’ignorais jusqu’alors qu’elle en fut capable. S’inquiétait-elle pour moi ? Que ce soit le cas m’inspirait de moins en moins pour la suite.

Mes valises furent prêtes avant moi ainsi que mes papiers, je n’avais décidément à ne m’occuper de rien. Ni des formalités ni même d’en décider. Le seul point positif étant que je partirai avec Nicolas, mais n’allais-je pas être une charge plutôt qu’une solution pour lui ?

Il arriva légèrement en avance et posa ses lèvres sur les miennes dès que la porte fut fermée et que nous nous retrouvâmes seuls. Je me blottis un instant contre lui afin de me donner un peu de courage.

— Tout va bien se passer, tenta-t-il de me rassurer.  Je serai à la tête de ton escorte, je ne te lâcherai pas d’une semelle une fois là-bas.

– Mais pour mon père ainsi que le prince ? Comment va-t-on faire ? Que devrais-je dire à ce nouveau dirigeant ?

— Simplement que tu viens en visite de courtoisie, telle que ce fut le cas pour la mission précédente. C’est ce qui a été décidé. Pavel a accepté notre présence et ne souhaite pas risquer de conflit alors qu’il vient de perdre pas mal d’hommes et d’argent déjà. Souviens-toi de ce que je te disais des alliances, fit-il accompagné d’un baiser sur mon front. Ton rôle sera de te montrer aimable et conciliante avec ce nouveau régent, même si tu n’es pas de son avis. De lui parler de la Slandavie par exemple et avec tout ce que tu as lu ces dernières semaines, je pense que tu t’en sortiras, sourit-il ensuite. Ne t’engage dans rien en ce qui concerne la politique ou la finance, ou dis-lui alors que cela t’échappe. Je pense vu le type d’homme que ce doit être, qu’il ne s’en offusquera pas alheureusement. Pour le reste, je m’en charge.