Gaëlle Laurier

Auteur de romances

Découvrez mes univers


En savoir plus

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode




Chapitre 22


Je stoppai net de respirer, n’osant le faire répéter contrairement aux autres. Le roi était en vie, plus besoin de me marier, et le roi était en vie ! Je me tournai vers grand-mère, elle était debout blême et se retenait manifestement de se jeter sur le pauvre lieutenant pour lui faire avouer tout ce qu’il avait pu entendre de plus. Nous fûmes évacuées les premières, en voiture cette fois et sans tarder. Au moment de monter, la reine mère ordonna à Maximilien de fermer la portière au nez du Duc, le laissant sur place. Chose qu’il exécuta sans pouvoir cacher un léger sourire un brin moqueur. Nicolas eut juste le temps de se glisser sur le siège passager.

— Qu’ont-ils dit lieutenant ? demanda-t-elle bien moins sévèrement que je ne l’avais jamais vue. Sont-ils vivants tous les deux ? Est-ce qu’ils se portent bien ?

Il se tourna vers nous.

— L’état-major a reçu un appel de très mauvaise qualité depuis Malakavia, ils ont identifié le roi grâce à son mot secret. Apparemment, votre petit-fils a été gravement blessé lors de l’accident Votre Majesté. Mais rassurez-vous, il s’en remet. Ils ont été hébergés par les locaux tout ce temps et vu la situation encore pénible là-bas, ils ont préféré ne pas donner signe de vie et risquer de tomber entre leurs mains avant d’être sur pied. C’est tout ce que nous savons pour le moment. La communication fut coupée assez brutalement.

— Que pouvons-nous faire pour les rapatrier au plus vite ?

— Nous devrions envoyer des troupes, mais rien ne dit qu’on nous laissera entrer, Votre Majesté. Nous devrons sans doute passer illégalement par un pays voisin. Mais vous imaginez dès lors la position délicate dans laquelle nous serions si cela s’apprend. De toute manière, c’est à l’état-major d’en décider.

— Un état major influencé par le Duc de Pike lui-même… merci lieutenant, mais si je vous laisse faire vous et votre famille, mon fils et mon petit-fils ne reverront jamais le ciel de Slandavie. Chauffeur, arrêtez cette voiture, veuillez descendre jeune homme.

Le véhicule stoppa en pleine foule, mais Nicolas ne bougea pas.

– Votre Majesté ! intervins-je. Vous pouvez lui faire confiance. Nicolas n’a rien à voir avec son grand-père, il apprécie beaucoup notre roi et ferait tout pour que les choses s’arrangent, s’il vous plaît.

Elle me toisa et je sentais les regards de Max ainsi que de Nicolas sur moi, étonnés de me voir contester l’un des ordres de la première dame du pays. Ce dernier coupa court au malaise.

— La princesse dit vrai, Votre Majesté. Je suis de votre côté. Ou plus précisément du côté de la couronne. Je sers la Slandavie et non les membres parvenus de son parlement. Laissez-moi me racheter de cette terrible erreur faite il y a plus de deux mois.

Contre toute attente, elle se ravisa après un moment de réflexion durant lequel nous manquions presque d’air dans l’habitacle. Une fois au palais, la reine Grâce fit convier quelques personnalités en toute hâte. Uniquement partisans du clan Philips.