Gaëlle Laurier

Auteur de romances. Découvrez mes univers.

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode



Princesse Chloé

Chapitre 9 - Nicolas


Je récupérai mes vêtements éparpillés dans l’entrée avant de rejoindre ma chambre, dégoulinant d’eau. L’on aurait pu facilement me suivre à la trace tant mes pas sur le parquet en bois brut se marquaient avec précision. Pour un expert en camouflage, ça le faisait moyen. J’étais allé un peu loin et surtout trop vite avec cette fille. Mais j’ai l’alcool câlin comme on dit. Si une jolie femme traîne à proximité, je peux devenir extrêmement lourd. Déjà que la raison de ma présence ici ne me plaisait pas du tout, je m’y étais fait prendre comme un bleu.

Mais il voulait savoir alors il allait savoir.

La porte passée, je me dirigeai tout d’abord vers la salle de bain, me saisit d’une serviette afin de me sécher rapidement et composai un numéro sur mon téléphone. Je laissai sonner un moment, mon regard attiré vers la bosse formée sous mon caleçon. Quel idiot…

– Couché ! fis-je à cette partie de moi-même.

Ma montre étanche indiquait trois heures du matin ici, donc il était onze heures en Slandavie.

– Allo ? C’est moi oui. Elle est arrivée ce soir... Ce qu’elle en pense ? Oh elle est ravie. À peu près autant que de passer une coloscopie... Non. Non, je n’ai pas changé d’avis… Ouais, je sais… Je n’étais pas présent à son arrivée, j’étais sorti avec mes hommes, je pensais profiter de ma mise à pied, tant qu’à faire… Oui, plan A enclenché. Permission de dire ce que j’en pense ? Toi et tes petits copains du parlement, vous allez vous planter.

Je raccrochai, faisant fi des bienséances, prouvant silencieusement mon animosité face à ce projet. Il était parfois des marchés qu’il fallait accepter à contrecœur pour ne pas tout perdre, mais cela me mettait mal à l’aise.

Tout comme mon échec lors de notre voyage en Malakavia. Il avait suffi de quelques minutes pour que tout bascule. J’aurais du être plus attentif, plus méfiant, mais qui aurait penser que le roi lui-même, en apparence si peu concerné par sa seconde progéniture déciderait d’aller à l’encontre du programme établi et s’envoler en douce pour Paris ? J’avoue, pas moi.

Le temps de me rendre compte de leur petit manège et nous étions arrivés à l’aéroport au moment même où le jet décolla. Trop tard. Il n’aura fallu que quelques minutes, l’appareil étant encore bien en vue lorsque les troupes rebelles lui tirèrent dessus. Une intense fumée noire visible à des kilomètres à la ronde s’échappa de l’un des moteurs, et durant un instant, je demeurai figé. Je ne pouvais absolument rien faire alors que c’était nos souverains, les gens les plus importants du pays, ceux que j’étais censé escorter et protéger qui s’écrasaient devant mes yeux. L’aéroport fut attaqué au même moment que le palais situé aux abords de la capitale. C’était la folie, nous n’étions pas assez nombreux pour contrer ça. Au cours des heures qui suivirent, nous étions parvenus tant bien que mal, à sécuriser la zone d’embarquement, nettoyer l’aérogare des passagers et libérer les otages. Puis les hautes sphères s’en sont mêlées. Quittez le pays ! Le souverain de Malakavia venait d’abdiquer en faveur d’Anton Pavel qui avait mené la rébellion. Suite à sa rétractation volontaire – ce qui restait à prouver – nous ne pouvions qu’obéir. Qu’un pays aux multiples ressources se fasse attaquer et le monde se lève, mais lorsqu’il s‘agissait de petits royaumes autosuffisants, l’on en parlait au journal télévisé entre la rubrique people et le bulletin météo à la va-vite.

Suite à cela forcément, je fus mis à pied le temps d’une enquête statuant sur l’importance de ma responsabilité. L’affaire était grave, mais je bénéficiais du soutien de mon grand-père, lui-même général en retraite des armées slandaviennes ainsi que de quelques ministres ayant toujours soutenu la branche des Devraux. On me rappela le jour même afin que j’assiste à une réunion parlementaire. Je me demandais sérieusement ce que je fichais là jusqu’à ce qu’on m’informe que j’allais me marier et monter sur le trône. Rien que ça ! La bonne blague. J’étais au centre de la polémique et eux, songeaient à me coller une épouse et une couronne du jour au lendemain pour des histoires vieilles de trois cents ans. À croire que nous étions retombés en plein moyen-âge. Mon grand-père se dévoua donc, il ne restait que lui. Me glissant au passage que je lui revaudrai ça sous forme d’une mission ici à Los Angeles.

C’est à ce moment-là qu’elle était apparue, s’était courageusement avancée au milieu de tous ces vieillards conservateurs et ne leur servit qu’une phrase, une seule, allant droit au but. J’étais scotché par son audace. Immédiatement, je compris de qui il s‘agissait. Tout comme je remarquai qu’elle était prête à s’évanouir à l’annonce de ses noces. Plus jeune, entraîné, rapide, je fus le premier à bouger. Ou alors ce n’était pas que cela. Que faisait cet agneau au milieu des loups ? Elle avait allumé comme un signal d’alarme en moi. Attention, danger ! Danger pour elle. Danger pour moi. J’ignorais encore lequel.