Gaëlle Laurier

Auteur de romances

Découvrez mes univers


En savoir plus

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode




Chapitre 26


D’un coup de pied, elle fit rouler le corps sur lui-même, le retournant sur le dos. Non, ce n’était pas Thomas, mais son frère, l’inspecteur. Si elle l’avait lui aussi enlevé, Thomas et James seraient seuls face à elle.

– Je n’aurai plus besoin de celui-là non plus. Dommage, il était plutôt chouette au lit. Pas comme James à préférer conter fleurette durant des semaines sans agir. Ou Holmes qui préfère passer son temps dans son labo ou ses enquêtes. ma pauvre petite, tu es sûre qu’ils ne sont pas gay, me questionna-t-elle avant de pouffer de rire.

C’était une question absurde vu la position dans laquelle je me trouvais, mais elle me rappela celle qu’elle m’avait posée lorsque nous étions sur le point de devenir proches. J’hésitai à répondre.

– J’ai eu un peu de mal à vous rapprocher, Thomas et toi. Durant un moment, j’ai cru que cela ne collait jamais entre vous.

– C’est le cas, fis-je à mi-voix.

– Oh que non, il en pince pour toi. Plus que ça même. Au fait, tu as apprécié l’épisode du motard romantique ? Il m’a coûté près de deux cents livres pour le convaincre de te balader dans Londres et ensuite t’embrasser sous ses fenêtres. Pas mal pour le rendre jaloux hein ? Je suis sûre que Holmes est déjà en route pour venir te chercher ici. Tout se déroule parfaitement.

– Parce que c’est ce que tu voulais ? Depuis le début ? Lui faire du mal à travers moi ?

– Tu étais la fille idéale. Si je ne t’avais pas croisé par hasard, jamais je n’aurais pu imaginer comment me venger de lui. Même allure, même prénom, pratiquement les mêmes traits. Mais un peu trop jeune à l’époque, il m’a fallu attendre, mais j’ai eu tout le temps pour échafauder tout ça ! Disséminant de petits indices qui, j’en suis sûre, finiraient par lui mettre la puce à l’oreille. Je VEUX qu’il sache pourquoi il va mourir.

– Tu ne vas pas lui faire ça ! Pourquoi ? Après Margareth pourquoi lui ? Qu’est-ce que je t’ai fait ?

– Toi ? Rien. Tu es l’appât. Simplement. Et le meilleur moyen de me venger en lui arrachant le cœur comme il a arraché le mien il y a deux ans.

– À l’époque de l’affaire des suicides sur le campus, à cause de cette drogue ? Ça vient de là ? Mais le coupable a été…

– Injustement accusé, arrêté et mis en cellule, poursuivit-il. Il était…

Son visage se fit moins enclin à la moquerie, elle se fit plus sombre, assaillie par de douloureux souvenirs. Elle était au bord des larmes.

– Il était à moi et j’étais à lui, pour toujours. Mais il me l’a enlevé. Tu comprends ? Il me l’a volé comme moi je lui ai volé sa chérie aujourd’hui.

Elle avait l’air complètement démente.

– Christopher n’a pas créé la tiger boost, c’était moi. Nous avions besoin d‘argent, pour nos études, pour nous installer ensemble. C’était un moyen rapide pour y parvenir, mais des effets secondaires imprévus se sont manifestés. Il… il s’est accusé de tout à ma place, il a voulu me protéger. Personne n’a su. Pas même Holmes. Une fois qu’il avait trouvé un coupable, qu’il soit le bon ou non ne lui importait plus.

Elle demeura un long moment silencieuse avant de reprendre.

– Lorsque j’ai appris que toi, le clone de sa petite amie avait une sœur ainsi qu’une tante travaillant dans l’immobilier, tout s’est enchaîné. Te pousser à fuir la maison pour aller vivre chez elle, ta seule autre famille. Attendre, patiemment que tu sois toi aussi indépendante et… oh ! Miracle, comme je l’avais envisagé, être logée au moment d’entrer à la FAC. Lorsque j’ai finalement pu faire virer ces deux idiots de chez eux, les menant à enquêter dans l’un des immeubles de ta chère tante, j’ai pu… Oh oui, j’ai enfin pu voir mon plan se mettre en marche. Ensuite, ce fut un jeu d‘enfant. Et terriblement distrayant.

– Comment ça ? C’est toi qui étais au cœur de l’affaire du numéro 17 ? Et responsable de leur fin de bail ? Tu les as conduits jusqu’à moi ?

– Hum hum, confirma-t-elle de la tête. Séduire les bonnes personnes… les hommes sont si faibles lorsqu’on les tient par les sentiments, clama-t-elle tout en se tournant vers le corps. M’introduire dans le musée afin de détruire ce vieux bout de papier, lui indiquant qu’il s’agissait d’une vengeance depuis l’au-delà. Libérer et endormir le tigre ensuite. Combien de temps a-t-il mis pour comprendre ?

– Je… je ne sais pas. Après l’histoire du zoo, je pense.

– Mais mon plus grand chef d’œuvre a été la baignoire de sang. Au fait, c’est moi qui ai appelé le gardien pour qu’il enclenche les animations. J’espère que tu as apprécié ? Quoi de mieux pour rapprocher deux âmes solitaires qu’un bon vieux traumatisme !

– Tu es complètement folle, fis-je le regrettant immédiatement vu le regard haineux qu’elle me lança. Malgré la chaleur qui me faisait suer à grosses gouttes, elle me glaça sur place.

– Mon seul échec fut ta mort. Cela ne devait pas se passer comme ça. J’étais persuadée que tu finirais dans le bain toi aussi, a force de raviver cette image en toi. Mais non, étrangement, tu as préféré en finir… comme l’autre. Enfin, au moins, j’ai pu le faire souffrir un peu plus longtemps, lui rappelant ce doux souvenir. C’est déjà ça. Savais-tu qu’elle a rendu son dernier souffle dans ses bras ?