Gaëlle Laurier

Auteur de romances. Découvrez mes univers.

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode



Sanky-panky

Chapitre 16


Chemise noire ouverte, pantalon de ville tout aussi sombre, ses doigts humides passés dans ses cheveux aux boucles un peu longues afin de leur donner un genre, Alex ôta ensuite le pansement de son nez avec le plus de délicatesse possible. Il se mit néanmoins à l’insulter tout du long de tous les noms les plus injurieux qu’il connaissait. La vache, ce que c’était sensible !

Une petite robe bain de soleil blanche, la noire jurant trop vu le bronzage encore inexistant sur la peau d’Amandine. Des ballerines afin d‘être à l’aise, quels que soit la destination où son rencart souhaitait l’emmener, ses cheveux laissés libres et le moins de maquillage possible. Surtout pas de rouge à lèvres ! Non, non, elles risquaient de ne pas rester inactives.

Rendez-vous devant l’hôtel, le jeune homme étant en avance, mais sans être à portée de vue, tapis derrière le panneau des menus du restaurant du rez-de-chaussée. Un groupe de gamins du coin, de ceux s’étant jetés sur sa caisse l’autre fois, l’ayant remarqué et ayant surtout compris qu’il faisait tout son possible afin de ne pas être repéré s’amusant à le montrer du doigt à tous les passants. Au final, zéro pour la discrétion.

Scrutant à la fois les allées et venues afin de ne pas tomber nez à nez avec sa dernière conquête lorsque la précédente arrivera, Alex souhaitait surprendre celle-ci. Se glissa dans son dos, lui murmurant d’une voix qu’il voulait sexy.

– Je suis libre pour la journée, vous avez de la chance mademoiselle et je ne prends que demi-tarif. Mais c’est bien parce que c’est vous.

L’effet fut immédiat et la jeune fille se retourna, empressée de l’embrasser de nouveau. Mais prenant garde de ne pas le blesser cette fois, il y avait du progrès.

Ce fut des plus romantique. Il l’emmena manger des glaces, elle régla l’addition. Ce n’était pas commun, mais aucun ne s’en offusqua, trop occupé certainement à se manger des yeux plutôt qu’à se préoccuper réellement de ce qui se trouvait dans leurs coupes respectives.

– Tu sais ce que j’aimerais ? La maintenant tout de suite ? entama-t-il cachant toujours sa crainte d’être vu avec elle.

– Non ?

– D’être seul avec toi.

Ni une ni deux, elle l’emmena comme si cette envie ne l’avait elle-même pas quittée de l’après-midi, direction l’hôtel, chambre 27. Amandine passa en premier, tel un éclaireur indien. La voie était libre, elle fit signe à Alex d’entrer, le tirant ensuite sans ménagement vers sa propre chambre.

– Ton amie ne risque pas de rentrer ?

– Non, fit-elle se délestant déjà de sa robe puis se ruant sur lui afin d‘en faire de même de sa chemise. Elle est partie faire du shoping à au moins dix bornes d’ici. On est tranquilles jusqu’à ce soir.

Pourquoi donc se priver d’un moment qui pouvait être absolument mémorable. Soudainement Alex se stoppa, jaugeant sa complice. Celle-ci portait un ensemble en soie et dentelles de grande marque, mais s’il ne connaissait en rien les dernières tendances de la mode, le contenu lui semblait tout à fait à son goût. Heureusement d’ailleurs, car elle aurait pu alors être confondue pour son petit mensonge, les sous-vêtements en question étant signés « Soft Amandine ». Et s’il était habituel par le passé de broder son nom sur ses vêtements afin de ne pas les confondre ou se les faire voler, ici la raison n’était pas du tout la même. Amandine Loiseau étant la fille du fondateur et grand patron de cette marque surtout connue des demoiselles, accessoirement l’une de ses dessinatrices, il en avait ainsi nommé toute une collection par affection pour sa progéniture. Alex donc ne s’y attarda pas puisque son seul désir à ce moment fut de les lui ôter.