Gaëlle Laurier

Auteur de romances

Découvrez mes univers


En savoir plus

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode




Partie 12.4


Sa vie baisse, il n’en a plus qu’un simple quart. Son souffle est court et même à cette distance, je me rends compte à quel point il est épuisé. Arthur n’est pas mieux, mais au moins, sa vie se régénère normalement et cet avantage est décisif. Sans cela, il aurait irrémédiablement perdu.

Mordred s’écarte, titubant et fini par mettre un genou à terre. Silas se précipite, posant sa main sur son épaule, mais son ami l’ôte et le repousse sans force, secouant la tête. Il demeure un moment ainsi alors que tous ont le regard fixé sur lui ainsi que sur le vainqueur. C’est une certitude, Arthur a gagné. Dans ses rangs, les chevaliers se congratules déjà.

Mais je comprends subitement pourquoi le chevalier noir aura hérité de ce titre. Pas uniquement à cause de la couleur de ses habits, mais bel et bien pour le rôle qu’il se doit de jouer. Et même s’il est arrivé à sa fin, s’il se meurt, il se met malgré tout à rire. Mordred se redresse tant bien que mal, se tient droit face à son ennemi et alors qu’il ne peut qu’à peine tenir son épée, il utilise ses dernières forces pour le charger, la pointe de sa lame en avant.

Arthur est percé de part en part, tous deux s’effondrent. Tombant chacun sur un côté différent.

– Mordred ! Non !

Pourtant c’est inévitable, c’est fini.

– La prophétie s’est concrétisée par la mort des deux chevaliers. Il n’y aucun vainqueur, qu’il en soit ainsi ! déclare alors Uther, mettant fin à cette guerre.

Il semble contrarié cela dit, son fils était si proche de s’en sortir. Quant à moi, je ne parviens pas à me réjouir comme le font certains parmi les joueurs. Je ne peux que fixer le corps en habits sombres allongé. Hakou lance un grognement plaintif dans le ciel, allant s’effondrer à quelques mètres de la tribune avant de disparaître. Signe que ses points sont désormais à zéro, sa monture si merveilleuse s’en retourne au rang des créatures à conquérir.  J’imagine qu’il en sera de même pour son fort. Tout disparaît avec lui.

J’en pleure tout en me repassant ces moments avec lui, de nos débuts où il me faisait si peur jusqu’à aujourd’hui ou je lui confierais ma vie, tant réelle que virtuelle. Impossible d’imaginer que je ne reverrai plus Mordred en ce monde. Qu’en sera-t-il de sa quête ? Que va devenir Whole New World à présent si plus personne ne s’engage à en défendre les valeurs ?

C’est simple, il ne peut mourir.

J’invoque alors Morgane et monte sur son dos, lui ordonnant de me mener en bas, elle est capable d’effectuer un tel saut sans en subir trop de conséquences et s’exécute, m’amenant près de lui.

– Non ! Nelle ! crie quelqu’un derrière moi, mais il peut bien faire qu’il veut, il en m’empêchera pas de le rejoindre.

Il est mon ami, il est mon époux dans ce monde, il est même bien plus que cela dans mon cœur désormais.

Du côté d’Arthur, les chevaliers ont ramassé le corps et le porte tel un héros jusqu’au moment ou l’un des nôtres leur rappelle ironiquement qu’une fois mort, le fort de Camelot est perdu.

– Essayez de trouver une île qui s’appelle Avalon, on sait jamais, se moquent-ils.

Tout comme Mordred a perdu son dragon et son fort lui aussi. Mais s’il y est parvenu seul une fois, il peut le refaire et cette fois, il ne sera plus seul. Je pose mes mains sur son torse. Ils ont tous oublié un léger détail apparemment, mis à part Silas qui s’approche et vient se mettre à genou près de nous, confiant.

Je possède le pouvoir de la plume de Phoenix.

Et ses mots me reviennent « avec ça, tu ne mourras jamais. Ni toi ni l’un de tes alliés ».

– Nelle ! Cesse immédiatement ! Tu n’as pas le droit d’utiliser ce pouvoir maintenant ! hurle Uther.

– Et pourquoi ? Elle l’a gagné tout comme Arthur a gagné le sien, comme tous l’ont mérité. Elle en a le droit. Tu viens de déclarer la prophétie accomplie, les deux chevaliers sont morts non ? Alors ce qui survient ensuite ne nous regarde plus !

– Mais Arthur est mort lui aussi ! Nelle réveille Arthur ! Tu n’as pas le droit de…

Mais le droit ou pas, je ne l’écoute plus. Je suis penchée vers lui à présent, mes lèvres posées sur les siennes. Après tout, si ces messieurs aiment jouer le rôle des chevaliers, permettez-moi, à mon tour, ce petit plaisir même s’il peut paraître surfait, de le réveiller officiellement d’un baiser. Celui qu’il n’aura pas osé me donner avant le combat bien qu’il en eut aussi envie que moi.

Qu’il hurle ou menace, je ne lui obéirai pas. Ce qui compte à présent, c‘est de voir Mordred, le chevalier noir et néanmoins mon protecteur ouvrir les yeux et s’étonner avant de me sourire. Sa main se glisse dans ma nuque et il rapproche mon visage du sien de nouveau, m’embrassant de nouveau, se rattrapant.

Autour de nous et bien que nos lèvres ne se séparent pas pour autant, ce sont des sifflements, des applaudissements ainsi que quelques cris de joie. Ils masquent les railleries et menaces du camp d’en face, mais ceux-ci ne peuvent rien faire d’autre que d‘avaler leur défaite et d’emporter le corps de leur chef.

Une fête aura lieu ce soir au quartier général des mercenaires, prolongeant cette séance mémorable jusque tard dans la nuit. Nous vivrons là-bas le temps nécessaire à la réalisation de la quête du fort d’Hakou. Car, au final, si tout a disparu, il demeure une chose précieuse pour y parvenir.

Je possède toujours le parchemin.

 

Fin du Tome 1.0.

À suivre dans le Tome 2.0.