Gaëlle Laurier

Auteur de romances. Découvrez mes univers.

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode



Docteur Gray

Chapitre 49


Je laissai Manon avec Angela, celle-ci veillant sur elle et en profitai pour faire un brin de toilette rapide. Jonah avait réussi à m’exaspérer, mais je devais admettre qu’il avait raison. Je me comportais tel un mâle possessif et jaloux lorsqu’il s’agissait d’elle. Et de tenter de me défendre en invoquant son importance était une attitude plus hypocrite qu’autre chose.

Jonah me traîna vers la salle d’entraînement, là où ils s‘étaient tous dissimulés et avaient installé quelques tables couvertes d’amuse-gueules et de boissons. Non alcoolisées forcément. Dans un sens, c‘était une gentille attention au point que malgré mon appréhension, j’en fus tout de même touché. D’un autre côté, je me demandais simplement pourquoi. Parce que j’avais été désigné d’office pour m’occuper de tout ce petit monde ? Je n’avais rien demandé au fond. Même si je ne m’étais pas défilé pour autant, je faisais ce qui me semblait juste et parce qu’il le fallait.

Des patrouilles supplémentaires s’étaient mises à arpenter la propriété tandis que deux paires d’yeux de plus braquaient les écrans de surveillance. Rien à signaler.

L’on vint me demander des nouvelles de la patiente. Du repos, c’était tout ce qu’on pouvait faire à présent. Elle cicatriserait en quelques jours, avait reçu du sang afin de reprendre des forces. Pour le reste, il nous fallait juste attendre qu’elle se réveille. Et je me rendais compte qu’un poids m’avait lâché, comme si de la savoir enfin en sécurité ici m’ôtait une tension que j’avais jusque-là ignorée.

Il y avait un peu de musique, juste destinée à amener plus d’ambiance. Avec le temps, le manoir comptait des familles entières et donc, des enfants de tout âge, ils dormaient à l’étage.

– C’est moi ou tu te dérides ? réattaqua Jonah tout en se permettant de picorer dans mon assiette que j’ôtai rapidement de sa vue.

– Ils se sont donné du mal, j’y fais honneur.

– Où serait-ce parce que nous avons quelqu’un qui compte beaucoup pour toi au manoir ? Cela te rassure qu’elle soit parmi nous ?

– Tu ne t’arrêtes jamais hein ? Oui, cela me rassure. Mais juste à demi, cela ne me dit rien de bon que Lugosi soit de retour, il a sûrement remonté une armée vu le nombre de fois où elle s’est fait mordre.

– Tu crois qu’il risque de revenir la chercher ici ?

– Nous avons tué ses poursuivants, à moins qu’elle lui ait donné sa destination avant de fuir, c’est peu probable.

– Et tu comptes... Elle et toi ? C’est juste une question hein.

– Je n’en sais rien Jonah, vraiment. Je… je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée.

– Parce que tu portes malheur ? Oh par pitié, arrête avec ça ! Alex… ta mère vous aurait quitté de toute manière, John m’en avait un peu parlé. Quant à ta femme, c’est que ce ne devait pas être la bonne. Et puis Lucy…

– La ferme ! Ça va, j’ai pigé. Elle serait morte de toute manière ? La belle affaire.

Pendant une seconde, je cru avoir haussé la voix, les discussions autour de nous se turent, ne laissant entendre que la musique en fond sonore. Tous étant tournés vers l’entrée. Nous suivîmes leurs regards. Angela était avec Manon pâle comme la mort et devant la soutenir afin qu’elle puisse tenir debout.

– Je suis désolée Alex, mais elle a insisté. Elle réclamait de voir notre chef.

Je m’approchai rapidement, laissant ce que j’avais en main sur place et l’aidai à la maintenir debout. Manon, lâchant son aide s’agrippa à mes épaules. Elle n’aurait pas dû se lever si vite. De plus, elle ne portait que ma chemise et le pansement à sa cuisse rougissait déjà. Une suture avait dû sauter.

Devo avvertirvi. Maestro Lugosi, il attaquera avec son armée… cette nuit, à minuit, susurra-t-elle, m’offrant pour la première fois le loisir d’entendre son accent si particulier.

Trop faible pour en dire plus ou bien même tenir debout, je la portai avant qu’elle ne s’écroule contre moi, la ramenant à la clinique.

– Réunion dans mon bureau, lançais-je. Immédiatement ! Jonah, prévient Richard. On va avoir besoin de toutes les forces disponibles.

Si Manon disait vrai, cette nuit allait être longue et décisive. Joyeux anniversaire Alexander...