Gaëlle Laurier

Auteur de romances

Découvrez mes univers

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode



Chapitre 48


Manon !

Elle se pencha afin de boire quelques lampées d’eau et j’estimai rapidement de son état. Le sang était bien le sien, ses membres avant en étaient couverts tandis qu’elle maintenait l’une de ses pattes arrière au-dessus du sol, sa cuisse ayant été écorchée. Cela semblait récent.

J’avançai d’un pas. Elle devait se douter qu’elle se trouvait non loin du manoir des changelins sinon pourquoi venir ici précisément ? Immanquablement, je la fis sursauter de peur. Elle s’affala tentant ensuite de se redresser. En vain vu sa blessure.

Avec des mots, il aurait été plus simple de la rassurer, je ne pus que grogner doucement, baissant la tête, mais sans la quitter des yeux. Je n’avais encore pu la voir sous cette forme devant moi avant ça, elle était magnifique.

La lionne geignit dans ma direction et je crus un instant qu’elle demandait de l’aide. À moins que ce ne fût un avertissement. Des buissons les plus proches surgit un vampire. Il avait déjà été mordu par une large mâchoire, mais se portait encore trop bien à mon goût. Et surtout, trop près d‘elle. En deux bonds je fus sur lui. Le choppant à la carotide, pressant de toute ma force jusqu’à lui arracher une partie du cou, réitérant afin de le défaire définitivement de sa tête. J’espérais que tout danger fut écarté, Jonah devait toujours le rechercher dans le parc, à moins qu’il en eût coursé un autre dès le départ. Il était rare que les vampires se déplacent seuls. Dans ce cas, mieux valait ne pas traîner.

Je repris ma forme et m’approchai d’elle. À peine posai-je la main sur sa fourrure, que je la sentis se détendre subitement, tombant dans l’inconscience et retrouva elle aussi son aspect de femme. Les marques de ses bras étaient dues à de multiples morsures, de celles exercées lorsqu’un vampire s’abreuvait. Pour sa cuisse, c’était plus profond. Sans doute faite durant sa fuite.

Je la portai rapidement à l’abri. Son contact me procurant un immense soulagement de la voir enfin libérée du maître mêlé à autre chose de moins chevaleresque malgré moi, devrais-je préciser que nous étions tous deux nus.

Le tigre nous rejoignit, son pelage rougit étant la preuve qu’il avait dû en chopper un lui aussi. Mon torse ainsi que ma barbe étant dans le même état, nul besoin de lui expliquer que j’en avais tué un second. Il reprit sa forme une fois revenu au manoir.

– Me dit pas que c’est…

– Oui... c’est Manon. J’ignore comment elle nous a trouvé, mais je veux des patrouilles supplémentaires dans le parc et une surveillance non-stop jusqu’à nouvel ordre.

Ce n’était pas la première fois que des vampires venaient se perdre jusqu’ici, mais ce soir, nous détenions une personne trop importante aux yeux du maître pour qu’ils laissent filer. Et bien entendu, cela signifiait que Lugosi était de retour. La prophétie de Bidule s’était accomplie.

Je posai Manon sur l’un des lits de la clinique et vérifiai son état général. Jonah se pointa tout en boutonnant son pantalon, je lui réclamai qu’il me ramène de quoi me vêtir tout en épongeant rapidement le sang sur moi. Bizarrement, je ne souhaitais pas qu’elle me voie ainsi si jamais elle revenait à elle.

– Comment va-t-elle ?

– Épuisée je dirais, elle a perdu du sang, beaucoup certainement. Il me faudrait un donneur universel, je ne connais pas son groupe. Va chercher Angela.

Il demeurait un instant à l’observer, trop peut être et pas forcément au niveau de son visage, je la couvris de ma chemise.

– Tu veux bien te bouger s’il te plaît ?

Et surtout cesser de la mater comme ça !

– Heu oui… mais avoue, elle est drôlement… enfin bref, je vais chercher Angela.

 

♠ - ♥ - ♠

 

Je passai en revue les plaies de ses bras après avoir désinfecté et suturé sa blessure à la cuisse. J’en comptais rapidement près d’une trentaine. Et si chacune correspondait à un assoiffé ayant bu sa dose de nectar amélioré, ce nombre reflétait celui des nouveaux soldats. Angela nous observait sagement, assise sur le lit à côté le temps de reprendre des forces après avoir donné de son sang.

– C’est elle ta femelle ? fini-t-elle par demander.

– Non. Mais c’est une lionne elle aussi.

– Non ? Tu rigoles ? Elle t’obsède depuis le jour où tu as cru l’entendre au club vampire ! intervint Jonah, jamais bien loin lorsqu’il y avait une ânerie à placer.

– Il y avait de quoi non ? Elle est la source qui crée et fortifie les soldats.

– Alex… me l’a fait pas à moi. Tu es un lion, c‘est une lionne. Elle est mignonne… bon toi tu as une sale tête ces temps-ci, mais tu as déjà eu de bons jours.

Je soupirai, préférant ne pas relever et la mit sous perfusion. Le connaissant, il était à deux doigts de me provoquer. Comme si c’était le moment. Du coin de l’œil, je l’observai et non seulement je me méfiais de ses farces, mais également de son impudeur. Le voyant approcher une main trop près du pauvre vêtement chargé de la couvrir, je la claquais de façon sonore. Angela se mit à pouffer de rire.

– Tu veux bien m’expliquer ce que tu fabriques ?

– Si elle ne t’intéresse pas, alors je pourrais peut-être tenter ma chance.

– Elle n’a pas fait tout ce chemin pour combler tes besoins.

– Pourtant, il suffirait de ça pour la libérer de l’intérêt du maître, je veux bien me dévouer lorsqu’elle ira mieux.

– Tu la touches, je te mords.