Gaëlle Laurier

Auteur de romances

Découvrez mes univers


En savoir plus

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode




Chapitre 42


Nous savions qu’ils étaient nichés quelque part dans les Docklands, qu’ils étaient rasés de partout, du moins tous ceux auxquels nous avions eu à faire. Et enfin, qu’ils étaient boostés à mort grâce à de l’enryamine de synthèse.

Note pour plus tard, déposer un brevet pour ce truc.

Ce que nous ignorions était, une fois de plus, l’endroit précis où ils se cachaient. Car s’il y avait une chose immuable chez les vampires, c’étaient qu’ils ne pouvaient s’empêcher de se regrouper tôt ou tard. Surtout les plus belliqueux, avides de puissance et comptant recycler la race humaine dans leurs rangs à défaut de les vider de leur sang.

Victoria ainsi que Jonah sous sa seconde forme planaient au-dessus de Limehouse. D’autres espions à poils ou à plumes parcouraient les zones alentours. C’était à peu près tout ce que nous pouvions faire de mieux de notre côté. Je les attendais depuis l’un des toits qui surplombaient une partie de ce quartier. La police avait déjà fait le tour, interrogeant les commerçants et les habitants sous le couvert de prétextes divers. Mis à part quelques bagarres récentes ou de groupes de punk zonant la nuit, rien à déclarer. Bien que justement, leur allure particulière pouvait les faire se confondre avec ces derniers.

Les oiseaux revinrent finalement, Jonah se métamorphosa en homme, mais se tint accroupi derrière le parapet afin de ne pas être remarqué de la rue dans cette tenue. Victoria préféra voleter un peu plus loin, sans doute par pudeur, l’obligeant à ne pas traîner à enfiler un slip.

– Je n’en suis pas sûr mais il me semble avoir vu une installation, genre labo clandestin en haut d’un squat. Mais cela peut tout aussi bien être pour les besoins d’un groupe de dealers du coin. Il n’y avait personne.

– Je vais en informer Richard. Si ce ne sont que des humains, nous n’avons pas à nous en mêler.

Ce que j’appréciais chez Richard, c’était que dès qu’il s‘agissait d’épingler quelques vampires, non seulement l’on pouvait compter sur lui, mais il ne traînait jamais. Juste le minimum syndical et les voilà sur les lieux. Je renvoyais donc la petite troupe se reposer au manoir. Espérant leur annoncer ce soir que ce ne serait plus nécessaire de passer les Docklands au peigne fin

– C’est bien un labo, clandestin, mais rien à voir avec ce que l’on cherche. Il est sans doute abandonné depuis pas mal de temps. C’était bien vu remarquez, soupira Richard nous ayant rejoint.

Cela faisait plusieurs jours que nous étions dessus du matin au soir et je devais avouer que cela devenait désespérant. En même temps, tout n’était pas à portée de visibilité depuis l’extérieur et nous ne misions que sur des endroits non habités régulièrement. Il aurait également suffi que ce laboratoire soit situé derrière des volets clos ou en sous-sol et il serait dès lors impossible à trouver de cette manière. Nous aurions pu envoyer quelques-uns d’entre nous capable de s’y faufiler, mais ç’aurait été trop risqué. Seules les natures fortes pouvaient tenir le coup en cas de rencontres éventuelles avec un vampire. Cela n’incluait pas les lapins, rats ou autres furets. Même si certains pouvaient être teigneux, ils n’auraient pas fait le poids.

– Bon, on va devoir s’y coller plus sérieusement, proposa Jonah.

Et malgré que j’imaginais ou il voulait en venir, je lui réclamais tout de même qu’il s’explique mieux.

– Oh un truc que tu vas adorer Simba. On en choppe un, bien vivant et on lui demande gentiment. Ou alors… tout bêtement, on les suit. Le souci c’est que…

– Il faudrait un appât. Hors de question.