Gaëlle Laurier

Auteur de romances. Découvrez mes univers.

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode



Docteur Gray

Chapitre 38


La réunion se faisait chez Colin Brook, notre bon maire vampire donc. Et vu comme je m’étais comporté la dernière fois, il ne nous attendait pas seul. Mesure de sécurité disait-il, flanqué de deux gardes du corps aux dents longues, mais aussi entraînés que moi j’étais agent immobilier.

Il avait peur de nous et je pouvais le comprendre.

Nous nous doutions de l’objet de cette rencontre. En d’autres termes, il y avait d’un côté les représentants des changelins ainsi que des humains de la cause anti-vampires. Bien que l’on pouvait affirmer que nous en étions arrivés là par la force des choses. De l’autre, un représentant vampire. Ça faisait déjà beaucoup de vampires tout ça. Et ce n’était pas fini ! Et comme ce n’était pas assez compliqué, nous nous retrouvions donc avec deux branches vampiriques. Ceux qui n’ayant rien demandé et suppliant de vivre en paix. Promettant de ne croquer personne. Et ceux qui, à l’ancienne, n’en avaient strictement rien à foutre.

Brook réclamait un armistice, un pacte de non-agression envers ceux référant à ce premier cas. Contre quoi ? Il fut un peu embarrassé à vrai dire, car mis à part de leur faire jurer d’être sage, il n’avait rien à proposer.

Premier souci, il fallait bien qu’ils se nourrissent. On aura beau dire, un bon steak même cuit au bleu ne remplacerait pas cinquante centilitres de sang frais. Et ce fut la que l’on grinça légèrement des dents ou des crocs, c’était selon. À savoir de permettre la réouverture d’un ou deux clubs avec pomme de sang au menu. Du moins sans que l’on y fasse une descente éclair. Je laissai Richard régler cela, après tout, c’était lui le représentant humain et il était hors de question qu’un changelin s’y colle. Même consentant. Non, ils iraient piocher parmi les partisans s’ils le voulaient ou deviendraient végétariens. Au choix.

Il y avait bien les dons de sang, mais j’appris que bien que gardé au frais, cela les rendait malades à force. Provoquant de graves carences.

– Quoi qu’il en soit, vous pouvez donc compter sur cet accord. Faites un recensement de vos vampires « pacifistes » et tant qu’ils respecteront ces règles, il ne leur sera rien fait. Nous devrons convenir d’un moyen de les dissocier les « lambda ». Une marque peut être bien que… non, je n’aime pas cette idée. Trouvez quelque chose. Vous en êtes le représentant après tout.

– Et ne mettez pas trois semaines à nous avertir cette fois, continuai-je.

Ce que je pouvais être rancunier parfois.

– Et pour ce qui est de Lugosi, vous avez du nouveau ?

– Rien de plus non, mais je doute qu’il soit définitivement parti. Il dispose apparemment de beaucoup d‘avoirs, ce qui ne m’étonne guère vu ses méthodes. Convaincre ou forcer des entrepreneurs fortunés à lui léguer leurs biens contre une hypothétique immortalité. Je l’imagine aisément faire ce genre de choses. Mais il avait acheté des immeubles ici et se concoctait une véritable petite armée. Mais cette fille… je ne comprends toujours pas le rapport avec elle d’ailleurs. À quoi lui sert-elle si ce n’est de…

Il n’osa prononcer le nom lui-même devant Jonah et moi. Pomme de sang ? Casse-croûte ? Ce fut mon pote qui répondit sur le coup.

– T’occupes pas de ce qu’elle est. C’est l’une de nos femelles, nous voulons surtout la récupérer.

Pourtant, le maire ne semblait pas convaincu. Il triturait nerveusement sa cravate. Et bizarrement, à mon tour, je n’étais pas vraiment confiant de lui expliquer qui était Manon.