Gaëlle Laurier

Auteur de romances. Découvrez mes univers.

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode



Docteur Gray

Chapitre 29


Quelqu’un ouvrait les rideaux chaque matin. Un autre ou était-ce le même, les refermaient le soir. Encore qui d’autre venait m’apporter un plateau de bouffe trois fois par jour. Ç’aurait pu être le pape en personne, je m’en fichais bien. Seule la faim m’arrachait du lit pour me nourrir, allant m’y replonger aussi sec ensuite.

Et lorsque mu par un désir aux tendances masochistes, j’arrivais à me lever ce fut pour écouter ce maudit disque vinyle sur lequel nous avions dansé. Du moins, jusqu’au jour ou finalement, j’ai fini par l’envoyer contre la vitre de la fenêtre.

– Ça pue ici ! s’exclama brusquement quelqu’un que le bruit de la porte à demi défoncée précédait. Maintenant ça suffit ! Rick, file-moi un coup de main.

Trimballé comme un vulgaire sac, je me sentais supporté sur plusieurs mètres. Des dizaines peut-être. Mes pieds raclant le sol. Un très court compte à rebours et enfin la fraîcheur brutale d’une eau qui malgré les températures hors normes du mois d’avril, n’étaient même pas fichues d’être tièdes.

Le besoin de respirer se fit plus puissant que celui de me laisser crever et je me débattis comme un con dans cinquante malheureux centimètres d’eau, pensant me noyer. Une loque, étais-je devenu une loque ? Cela faisait déjà beaucoup sur la liste. Monstre, lion, truc, changelin, médecin, loque. Une liste ou juste le mot « humain » m’aurait amplement suffi.

Je me traînai sur la berge, m’affalant dans l’herbe et sur le dos avec cette impression d’être né une seconde fois. Vous savez la partie la moins drôle, celle où l’on vous arrachait du ventre de votre mère, que vos poumons vous brûlaient de façon insupportable et que vous n’étiez plus animé que du désir de hurler. J’hurlai.

– Alex, ça fait deux semaines que tu es dans cet état. Tu vas te remuer putain !

– Ta gueule Jonah.

– Je sais ce que ça fait, j’ai perdu Debby je te rappelle, mais merde, reprend toi ! Lucy est morte et on ne peut rien, mais…

– LA FERME !

– Il y a du nouveau Gray et apparemment vous avez des gens ici qui comptent un peu sur vous, reprit Richard d’une intonation plus posée.

Merde ! Hodgson était la lui aussi ? Depuis tout ce temps ? Je m’assis, tirant sur mon t-shirt trempé me collant à la peau. Je commençais tout doucement à grelotter, signe que je pouvais encore ressentir quelque chose qu’un immense vide bourré de rage et de regrets, c’était un début.

– Qu’est-ce que vous foutez encore là vous ?

– Sympa ! C’est tout de même lui qui t’a ramené ici plutôt que de te vendre aux assoiffés.

Je ne répondis pas, piqué au vif. Mais je n’avais pas envie de le remercier même si c’était de circonstance. D’un commun accord, ils me chopèrent chacun de nouveau par un bras, me levant de force. Ce ne fut que lorsqu’ils furent assurés que je tiendrai tout seul sur mes jambes qu’ils me lâchèrent.

Je regardai autour de moi, nous n’étions pas seuls. Il y avait plusieurs personnes me fixant étrangement, j’avais bien envie de leur demander d’aller voir ailleurs si l’herbe était plus verte, mais je passais déjà suffisamment pour un connard. Non, ce qui m’intriguait le plus étant leur nombre. Sans compter les nouvelles têtes. Sérieux ! Nous n’étions pas déjà suffisamment nombreux ? Le manoir allait imploser à force.

– C’est quoi ces nouvelles ?

– Johnson est mort.

– Je ne comptais pas voter pour lui de toute façon.