Gaëlle Laurier

Auteur de romances. Découvrez mes univers.

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode



Docteur Gray

Chapitre 20


Cela faisait bien deux heures que nous étions plantés là, au coin d’une avenue principale et d’une ruelle puant la vieille poubelle. Nous étions en mars désormais et la situation évoluait sans cesse. Jonah dansait sur place, à tel point que je me demandais sérieusement s’il n’avait pas envie de pisser. Mais je devais avouer qu’intérieurement, je n’étais pas tranquille moi non plus, simplement que j’avais toujours eu tendance à tout garder en dedans. Du moins jusqu’au moment où ça devait exploser.

Deux heures que Rockwell et le Docteur O’Brien étaient dans la résidence même du maire Johnson et n’en étaient pas encore sortis. Silas tenait absolument à s’entretenir avec lui, mais nous en étions persuadés, il y avait des vampires là-dedans. Et donc, seuls nos deux humains de service pouvaient s’y rendre sans se faire repérer en moins de deux minutes.

– Putain, j’y vais. J’en peux plus là ! s’énerva Jonah.

– Sois pas con, tu vas te faire voir et ils finiront en casse-croûte.

– Je peux voler jusque-là.

Je soupirai. Jonah devait être parmi les rares capable de prendre une autre forme, celle d'une buse. C’était d’ailleurs grâce à celle-ci que nous ne pouvions nous départager lors de nos combats « amicaux ». Se dissimulant derrière la benne à ordure d’un restaurant, il enleva ses vêtements et s’envola donc. Se posant sur le rebord d’une fenêtre éclairée puis sur une seconde. Il revint quelques minutes plus tard.

– Ils discutent juste. Ca à l’air calme.

– Il y a du monde avec eux ?

– Ouais, l’adjoint et trois types avec des sales gueules de maffieux. Enfin, un surtout. Tu verrais sa dégaine. Costume genre Armani, pompes italiennes. Il a même une canne, il se prend pour qui sérieux.

– Le maître vampire.

– Putain, si c’est lui, on y va, on le bousille et terminé !

– Ça me démange autant que toi.

– Et y’a une fille aussi. Celle avec le collier. Bordel, rien qu’à voir ça, j’ai vraiment envie de lui péter la gueule.

La lionne ? Enfin, je voulais dire, Manon ? Je devais avouer que subitement ce n’était plus juste des fourmis dans les membres, mais une violente pulsion de meurtre qui m’envahit.

– Ces types sont surement des sortes de gardes du corps. La dernière fois que j’ai eu affaire à des vampires entraînés, j’y ai laissé une côte. Ils sont vraiment plus costauds que ceux que l’on connaît. Intervenir alors que Silas et le Doc sont là-bas serait signer leur arrêt de mort.

Mais bordel ! Que j’en avais envie. Silas quant à lui souhaitait s’entretenir avec le maire Johnson sur la situation. Comme tout bon citoyen et potentiel électeur possédant quelques avoirs en banque bien motivant pour servir de mécène durant la prochaine campagne l’aurait fait. Il tentait également d’en savoir plus sur les clubs. Mais c’était tout de même de la pure folie. Si après cela, Johnson ou ses nouveaux potes venaient à se douter une seule seconde de ce qu’il hébergeait dans son propre manoir, la population changeline allait le sentir passer.

Enfin, la porte s’ouvrit. Ce n’étaient pas nos amis qui en sortirent, mais le « maître », ses hommes ainsi que son « jouet » en laisse ! La jeune femme portait une robe droite bleue électrique de grande marque, et baissait la tête , le visage totalement caché par d’épais cheveux châtains foncés, totalement soumise.

L’heure tardive nous évitait des témoins gênants éventuels, mais pas assez pour risquer de nous transformer en pleine rue. Nous traversâmes rapidement prenant le principal intéressé pour première cible. Quelque chose me dictait qu’il ne valait mieux pas lui laisser le temps de réaction, nous ne connaissions rien de ce dont il était capable, mais un maître vampire était forcément plus puissant que n’importe quel lambda ou garde.

J’armai ma batte et me dirigeai droit vers Lugosi, la levant vers sa tête. Mais, plus rapide que je ne l’aurais cru, celui-ci tira sur la laisse et plaça la fille devant lui, la transformant en bouclier vivant. Sincèrement, je l’imaginais plus courageux que ça. Je dus me stopper dans mon élan, passant pour un con à demeurer ainsi les bras en l’air, tant à cause de la présence de Manon entre nous que du regard désespéré qu’elle me lançait. Ce visage, son visage me hanterait longtemps.

Jonah quant à lui fut aussitôt pris en tenaille par ses hommes. Sans vraiment se démonter, il leur adressa son légendaire sourire de plaisantin, fit tournoyer sa barre de fer dans la main avant d’en frapper subitement l’un des deux. Voyant le second se mettre en mouvement, je m’occupai de lui jusqu’à ce que sa tête cède.

Entre-temps le maître vampire ainsi que son otage s’engouffrèrent dans la voiture. Et même si je tentai de les poursuivre, je fus rapidement distancé. Je n’eus que la possibilité de toucher l’extrémité du coffre avant que le véhicule ne parte en trombe. Voyant Manon à l’arrière, tournée vers moi s’éloigner.