Gaëlle Laurier

Auteur de romances

Découvrez mes univers


En savoir plus

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode




Chapitre 12


J’étais sur le siège arrière avec la fille, l’ayant enroulé dans une couverture vu qu’ils ne lui avaient laissés que ses sous-vêtements. Je la maintenais de sorte qu’elle ne s’étouffa pas et heureusement sinon, elle aurait volé jusqu’à mes pieds malgré l’étroitesse de la bagnole tant Jonah conduisait comme un malade.

– Rapidement, ne veux pas dire nous tuer en route.

– Hé ! Qui est le pro de nous deux ? Toi ou moi ?

Et dire que, effectivement, il était pilote de rallye. Pas aussi professionnel qu’il le laissait penser cela dit. Non, par pure passion. Son job officiel étant de vendre des voitures, pas d’aller s’encastrer dans un platane avec. D’ailleurs s’il pouvait éviter ce soir, cela m’arrangerait. Je soupirai et me retint à la sangle d’une main.

L’on ne pouvait pas dire que la salle de soin aménagée au manoir était complètement opérationnelle, mais je m’en contenterai. Le veto vint à notre rencontre le plus vite qu’il put, à savoir que nous étions déjà au milieu du hall lorsqu’il arriva. Il n’était plus tout jeune et malgré que, habituellement, je lui laissais volontiers ce rôle, cette fois j’allais m’en occuper. J’en faisais une affaire personnelle.

– C’est la petite Laura ?

– Inconscience prolongée, droguée à tous les coups. État fébrile, morsures, elle a sans doute perdu beaucoup de sang déjà. On connaît son groupe ? On en a ici ?

A voir sa mine tour à tour confiante puis beaucoup moins, j’en supposais que oui, l’on connaissait, mais non, il n’y avait aucune réserve. Si nous l’avions su, nous serions revenus avec deux ou trois bouteilles du club. Des fois que.

– AB positif.

– Bien, au moins tout le monde peut s’y coller, fis-je. Trouvez un volontaire.

– Moi ! fit immédiatement une voix féminine qui venait de nous rejoindre. C’est ma sœur… ma petite sœur…

Celle-ci jeta si rapidement contre elle que je faillis la lâcher.

– On s’en occupe, ça va aller, elle n’est pas en danger. Doc, vous vous en chargez ?

L’on eut du mal à séparer les deux frangines et finalement l’aînée nous suivit pour effectuer la transfusion.

– Et Chris, avez-vous vu Christopher ? s’affola un homme plus âgé nous rejoignant.

– Il y avait une autre personne détenue sur place, mais l’on ignore si c’était lui ou non, le rassura infructueusement Jonah.

– Il faut y retourner ! Vous entendez ! Il faut aller le chercher.

Autant il pouvait jouer les trous du cul, autant il pouvait posséder un sacré sens des relations humaines lorsqu’il s’en donnait la peine. Il écarta le type, sans doute un parent du gamin afin de s’expliquer avec lui et de lui exposer que nous y retournerions. Et puis, il y avait toujours cet autre club, excepté que, cette fois, ils nous attendraient peut-être avec des renforts.

 

♠ - ♥ - ♠

 

Laura se remettait doucement et reprenait des couleurs. Sa frangine lui ayant trouvé un pyjama aux motifs ridicules et un peu trop grand pour elle, mais qu’importait.

Silas patientait avec nous, soucieux d’en apprendre plus tandis que l’aînée s’était endormie dans un fauteuil. Mais lorsque la petite finit par ouvrir la bouche, elle fut la première levée à venir à son chevet. Bestiole nocturne, je dirais, ne dormait que d’un œil.

– Ça va ma puce ? Tu es en sécurité maintenant.

Dans la foulée, nous avions appris que Laura avait tout bêtement été enlevée en rentrant du lycée, elle avait quinze ans. Ils ne lui avaient pas fait de mal supplémentaire, mis à part lui faire avaler de quoi la tenir tranquille et lui suçoter les membres lors de leurs petites soirées. En gros, l’idée était de la maintenir en vie afin qu’elle serve de source à nectar. J’étais presque content qu’on en ait tué un paquet tout à l’heure. Même si je n’oubliais pas malgré tout qu’avant d’être des assoiffés, ils avaient tous été humains, de simples humains.

– Et Manon ? finit-elle par demander.

– Ce n’était pas Chris avec toi là-bas ? questionna Silas.

– Qui ça ? Non, il y avait une autre fille, Manon. Le maître la tient en laisse depuis plusieurs jours. Depuis qu’elle a tenté à s‘échapper. Il faut aller la chercher.

Les pièces du puzzle se mettaient en place. Un maître disait-elle. Un seul. Cette fille, le troisième nom écrit et souligné par Debby sur son agenda. Une cavale ratée. Cette personne au club appelant à l’aide et qui aura été emmenée de force. Et bizarrement la photo de la lionne du journal me revint en mémoire. Comme si c’était tout à fait évident.