Gaëlle Laurier

Auteur de romances

Découvrez mes univers


En savoir plus

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode




Chapitre 5


Le type se laissa glisser au sol, à la limite de se mettre à chialer. Tout gros nounours « bi » polaire qu’il était. Apparemment le froid des dalles ne devait pas trop le perturber, mais au moins, il s‘était un peu calmé. Même s’il se reprochait d’avoir blessé sa copine.

Par expérience ou même simplement de façon logique, je pouvais parfois deviner la nature profonde des gens de mon espèce, et en ce qui le concernait, je prenais les paris sur un bel ursus maritimus. Rien que cela. Pas étonnant si, comme il l’avait affirmé plus tôt, il était responsable de l’état de cette Lydia, qu’il l’ait fait passer au travers d’une baie vitrée. Elle avait dû se briser comme… de la glace fine justement. La fille avait échappé à la mort de peu, mais devait être au courant de sa vraie nature désormais. C’était fâcheux.

Je me détournai de cette scène un peu pathétique, mais qui devait se faire seul, songeant à regagner l’intérieur… c’est que je n’étais pas fait pour être habitué au froid moi… que quelques applaudissements me stoppèrent à mi-chemin.

– Bravo pour cette prouesse et surtout… pour ta discrétion. Je sais pas, la prochaine fois, rugis aussi... Simba.

Je reconnaîtrais cette voix, ce sarcasme et surtout ce sobriquet agaçant dont il m’affublait depuis l’enfance entre mille et m’éloignai sans lui répondre de suite. N’ayant nulle envie de m’expliquer devant le pleurnichard. Il me suivit un peu à l’écart, quelques arbres faisant un bon obstacle visuel. Pour le cas ou Lucy n’ayant toujours rien de mieux à faire, tenterait de nouveau de me venir me faire la conversation.

– Qu’est-ce que tu veux Jonah ?

– Encore et toujours la même chose. Et ce, jusqu’à ce que tu te décides.

– J’ai déjà dit non et plus d’une fois. En plus, vous avez déjà un médecin, vous n’avez pas besoin de moi alors démerdez-vous.

– Un médecin ! Si je ne te connaissais pas mieux, je dirais que tu as un sacré sens de l’humour. O’Brien est vétérinaire, pas docteur.

– C’est du pareil au même… pratiquement.

– Ce n’est pas que ça, Silas voudrait t’avoir avec nous. Il insiste.

– Je préfère rester solitaire.

Me revenait l’envie furieuse d’en griller une de nouveau. Jonah n’était pas à proprement parler un « ami », mais nous nous connaissions depuis l’enfance. Et nos rapports avaient toujours été plus ou moins tendus. Il n’aimait pas ma tête de mule, je n’appréciais pas son arrogance. Nous étions à égalité. Et ce sur plusieurs points puisque nous étions également de force égale. Du moins pratiquement puisque comme cet abruti trichait régulièrement, nous n’en étions jamais vraiment surs. Et ce n’était pas faute d’essayer. Nous nous mettions régulièrement sur la gueule, mais sans jamais nous départager. Mais après tout, ce n’était pas lui mon ennemi.

– Les solitaires finissent tous par disparaître, reprit-il plus sérieusement. On a retrouvé Debby hier, près du lac. Mais si c‘est ça que tu veux.

– Putain…

Cela me fit l’effet d’un coup à l’estomac. Je pris une grande inspiration et sortit mon paquet finalement. Jonah, lui, ne fumait pas et quand bien même il aurait pu se gratter pour que je lui en propose une. Debby n’était pas la plus forte d’entre nous, mais l’une des plus agiles vu sa taille. Une solitaire comme moi. Rechignant à rejoindre le « groupe ». Du moins, c’était. Elle n’aura plus à y songer à présent.

– Ça s’est passé comment, fis-je m’abreuvant d’une première bouffée.

– Ils étaient deux, ils courent toujours. Ça fait chier quand même. Mais j’espère qu’au moins, elle aura amoché un, qu’on puisse le reconnaître.

– Je vais faire ma petite enquête. Avec un peu de chance, il aura peut-être la bonne idée de se faire soigner.

– Mouais. Bref. On se voit dimanche de toute façon.

– Dimanche ? fit la voix haut perchée et surtout curieuse de Lucy subitement.

Et moi qui nous croyais à l’abri. Jonah me regarda avec un large et étrange sourire, plus moqueur qu’à son habitude.

– Oui, soirée bowling entre potes. Alex adore le bowling, il ne vous l’a pas dit ?

– J’adore le bowling moi aussi !

Oh pitié...

– Il vous emmènera sûrement si vous lui demandez gentiment ! renchérit-il.

– Docteur Gray ? Je voulais vous remercier pour votre intervention. Si ce type m’avait frappée, je ne sais pas ce que j’aurais fait. Vous avez été héroïque.

– Simbaaaa, tu m’avais caché ça, cachottier. Alors comme ça, on est le chevalier servant de ces dames ? C’est nouveau ? lança Jonah avant de se casser. À dimanche alors !

Magnifique ! Pour ce qui était de me faire chambrer, ça ne faisait que commencer.