Gaëlle Laurier

Auteur de romances. Découvrez mes univers.

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode



Docteur Gray

Chapitre 1


J’avais repris mes gardes de jour depuis peu. Et, d’une certaine façon, celles-ci se faisaient plus reposantes même si la valse des patients se laissait bien souvent aller à un rythme plus soutenu. Bizarrement, la nuit s’avérait toujours plus propice aux expériences les plus loufoques, amenant son lot d’originaux et de cas vraiment pas communs. Et encore, je ne voulais pas tenter de chercher systématiquement à savoir s’ils étaient bien tous humains. Je préférais supposer que oui.

Je raccompagnai Madame Thompson à l’accueil. Elle qui venait régulièrement pour des maux plus imaginaires que réels, aimait surtout distiller un peu de ses souvenirs à chaque visite. Et aujourd’hui, j’avais eu droit à tous les détails. De la naissance de son fils jusqu’à son entrée à l’école primaire alors que je l’auscultais pour son petit check-up du mois.

Terminant les dernières formalités administratives avant de passer au suivant, je me fis alpaguer par le chef de service. Ah… et à voir sa mine alors qu’il s‘avançait vers moi, il avait sûrement un truc chiant à me dire. Pour ne pas changer.

– Docteur Gray ?

– Lui-même, répondis-je tout en jetant un œil sur son dossier sans vraiment lui accorder toute mon attention.

Comment ça, j’ai un problème avec l’autorité ? Non non… juste avec les abrutis.

– Je voudrais vous parler une minute de cette dame que vous venez de recevoir.

– Madame Thompson ? Oui et ?

– Vous savez aussi bien que moi qu’elle est en pleine santé et qu’elle ne vient ici que pour briser sa solitude. Or, nous n’assurons pas de service social, mais bien un service médical.

– Elle possède une assurance maladie en règle et souhaite simplement être rassurée sur son état. Je ne vois pas où est le problème.

– Ce n’est pas lui rendre service ce que vous faites.

Bon... j’allais éviter de m’énerver avec lui, ça n’aurait servi à rien. Juste lui mettre les points sur les i.

– Et vous trouvez que de refuser de la prendre en charge serait lui rendre service ? Elle a 73 ans et un bulletin de santé qui va avec. De l’arthrite, du cholestérol, la vessie qui lâche et cerise sur le cake, un transit paresseux. Alors si un jour, miraculeusement, il devait arriver que ça empire, ce qui serait somme toute logique vu son âge, vous irez lui expliquer qu’histoire de lui rendre service, elle peut aller voir ailleurs. Ah... et vous l’expliquerez à l’avocat de sa famille par la même occasion. Maintenant, excusez-moi, j’ai à faire.

Là-dessus, j’attrapais le dossier suivant, au-dessus de la pile et pris la direction de la salle d’examen tout en le laissant cogiter.

Ce n’était pas la première fois et certainement pas la dernière que j’avais une petite prise de bec avec ce type. Mais j’avais très vite compris qu’avec lui, le plus important se situait plus dans la gestion du budget de son service que dans celle des malades. Et je n’avais pas passé neuf ans de ma vie pour boucler ses fins de mois, mais bel et bien pour soigner les gens.

J’arrivai donc à la salle A et après être entré et salué brièvement la patiente qui s’y trouvait, je jetai un œil quant à la raison de sa présence sur sa fiche.

– Ah… c’est pour un don de sang.

Merde, à cause de ce con, je m’étais trompé de dossier par-dessus le marché.