Gaëlle Laurier

Auteur de romances

Découvrez mes univers


En savoir plus

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode




Chapitre 12


Ils étaient bien gentils, mais ils commençaient à devenir un tantinet collants. Juan en particulier. Flairant une bonne proie, ils tentèrent tous de se faire remarquer par la demoiselle, venant danser très près du couple. Sait-on jamais qu’elle viendrait à préférer dépenser quelques dollars avec l’un d‘eux plutôt qu’avec le petit français. La loi de la concurrence, ce n’était pas non plus réservé qu’aux denrées consommables. Bien que pour ce qui était que d’espérer consommer, ils n’en étaient pas bien loin.

– Toi vouloir danser avec moi ? Better lover than french-boy. Lui être sanky-panky aussi.

– Il est quoi ? questionna-t-elle amusée par leurs tentatives sans pour autant quitter les bras de son bad boy au nez cassé.

– C’est rien. C’est une expression locale. Ça veut dire que je suis bon danseur, s’empressa-t-il de lui mentir.

Mal à l’aise, Alex mimait autant qu’il put sans se faire voir de sa conquête et au moyen de multiples grimaces de surtout la fermer avec ça, mais ne fit qu’amplifier les choses.

– Ça te dit si l’on sort un peu, on ne s’entend pas penser ici.

Elle accepta, et c’est soulagé de pouvoir l’extraire de ces empressés qu’il l’emmena dehors. La plage était à deux pas. Les invitant à la rejoindre au moyen de signaux très subtils, mouvements des vagues rappelant les déhanchés d’il y a quelques minutes. Une légère brise océanne capable de les apaiser de cette fournaise qu’ils venaient de quitter et enfin, le sable fin pour y plonger les pieds fatigués par la danse. Sans même avoir à se concerter, ils s’y rendirent d’un commun accord, longeant ensuite le bord de mer tout en évitant de ruiner leurs chaussures. Les tenants en main. Il entama le premier les présentations, la faisant rire une fois de plus en énonçant son nom.

– Lenfant, c’est pas mieux hein. Sinon, tu restes longtemps ici ?

– Trois semaines. Et comme je suis arrivée aujourd’hui, cela ne fait que commencer.

– Trois semaines ! s’extasia-t-il. Et dans ce genre d’hôtel ! Tu dois être pleine aux as ! lança Alex sans pour autant songer à la raison qui l’avait conduit à sortir.

– Non, c’est… je suis avec une amie, c’est elle qui m’invite, hésita-t-elle.

Comme s‘il était honteux d’accompagner la femme de son père en vacances. Mais de passer pour la petite fifille à sa maman, surtout à son âge, ne lui paraissait pas très glamour sur le moment. Et ce garçon déniché alors qu’elle ne le cherchait pas semblait vraiment sympa, autant ne pas tout gâcher.

– C’est plutôt sympa de sa part. Mais tu devrais l’avertir. Ici c’est la chasse aux bonnes fortunes.

– Il y a des gigolos tu veux dire ? faisant référence à la petite pique envoyée par son ex. Tu n’en es pas un j’espère. Parce que tu es mal tombé avec moi, menti-elle par jeu.

Plutôt cocasse comme situation. Techniquement pas encore. Mais il en était à deux doigts tout de même il y avait encore quelques danses de cela. Et toute cette histoire n’était d’ailleurs pas réglée.

– Mmm… je ne sais pas. Il y a peut-être quelque chose à tirer de toi, fit-il tout en se rapprochant plus que dangereusement.

Prenant tout d’abord ses deux mains dans les siennes, il l’attira à lui, se fit charmeur tout en se montrant légèrement dominateur, la tenant sans la forcer et toujours par jeu, les deux bras dans le dos de la jeune fille. Et constatant qu’elle ne le fuyait pas pour autant, parvint à lui voler un baiser, prenant garde de bien tourner la tête de côté afin de ne pas faire heurter leurs appendices nasaux, ce qui aurait pu s’avérer douloureux encore à cette heure.

 

Lequel des deux ploya le premier ? Difficile à dire. Amandine sans doute, se prenant le pied dans un creux de sable, Alex la suivant ayant tenté de la rattraper de façon chevaleresque. Toujours est-il qu’ils finirent tous deux bel et bien au sol dans un grand fracas de rire et de plaintes. L’une pour le côté amusant de la situation, l’autre parce qu’au final, il s’était pris le front de la donzelle en plein dans le pif. Il s’en remit un peu fébrilement, les larmes aux yeux, elle ne le trouva que plus attendrissant, se jetant sur lui d’elle même cette fois alors, que paniqué qu’elle ne le blesse de nouveau, ses appels de détresse furent noyés sous ses baisers.13