Gaëlle Laurier

Auteur de romances

Découvrez mes univers


En savoir plus

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode




L'épreuve - 4


Séraphin.

Je me relevai et observai mon fils. Aurait-il compris que sa force ou son agilité n’y ferait rien ? Contre un sanglier, je ne dis pas que ce serait sans effet. Surtout afin grimper prestement à un arbre si l’on ne souhaite finir embroché. 

Il ôta sa veste, s’approcha du rongeur qui fila de nouveau à l’abri. Mais cette fois, il semblait l’avoir fait dans ce but. Son vêtement mis en boule, il obstrua alors l’une des extrémités du terrier. Retourner contre l’ennemi ses propres défenses. Intéressant. À moins qu’il n’existât plus de deux issues, mais il en eût compris le principe. Et ce fut après quelques patientes minutes qu’il m’exhiba son trophée, le tenant par les oreilles. Un pauvre lièvre roux pelé.

Il m’amena l’animal docile et surtout figé par la peur de sa mort prochaine.

– Voici ce que vous m’avez demandé père. Est-ce le résultat, vous souhaitiez ?

– Il pouvait avoir bien des façons de procéder, mais tu as surtout utilisé l’arme dont je t’avais parlé, fis-je tout en me touchant le front du bout de l’index. Tu as utilisé ta tête. Bien, il ne reste qu’à faire un bon feu.

Et alors que je tendis la main pour me saisir du rongeur par la peau du dos, Alexandre l’ôta de ma portée et le reposa simplement au sol, le laissant fuir sans demander son reste.

– Il fut un bon adversaire. Il mérite la vie. De plus, il a quelques petits à s’occuper.

– Et pour notre dîner ?

– Je vais aller vous en trouver d’autres, sourit-il malicieusement.

Bon, très bien, il ne me restait plus qu’à attendre de nouveau. Je ne lui connaissais pas ce sens de l’honneur. C’était à la fois beau et inquiétant. Laisser un ennemi fuir parce qu’il fut valeureux n’est pas toujours une bonne chose. Mais au fond, il ne s’agissait que d’un lièvre ici.

Suite à cela et puisqu’il me rapporta comme promis deux lièvres plus dodus, je convins avec lui que la journée serait dédiée au repos, qu’il l’avait bien mérité. Le confort cette nuit ne serait certes pas au rendez-vous. Bien qu’il ait pire endroit pour dormir qu’une couche de mousse sur une terre un peu fraîche. Le sol dur et humide d’une cave par exemple.

Quelques hululements accompagnaient notre nuit tandis que le feu crépitait doucement à nos côtés. Sa seconde mission étant de monter la garde tant pour assurer notre protection contre quelques chasseurs nocturnes que pour maintenir le feu en activité. S’il était une chose qu’Alexandre se devait de connaître, c’était bien celle-là, car avant de poser le moindre pied à l’hôtel des mousquetaires en tant que tel, il devra passer par la garde. Et des nuits telles que celle-ci, il en connaîtra plus d’une et de bien plus longues. Autant l’initier dès maintenant.

J’avais conscience que tout ceci n’était qu’un avant-goût, un piètre exemplaire de ce qui l’attendait. Et s’il avait surmonté le premier exercice avec brio, s’occupant du second à présent, il n’était pas au bout de ses surprises.