Gaëlle Laurier

Auteur de romances

Découvrez mes univers


En savoir plus

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode




Partie 12.3


Là ! Enfin, je trouve Mordred ! Son épée plus lumineuse que les autres a surplombé la foule. D’un sort, il écarte un bon nombre de ses attaquants, les faisant s’écrouler tels des dominos autour de lui. À peine rechargé qu’il recommence.

– Il est à moi ! hurle une voix devant laquelle l’on s‘écarte. C’est Arthur.

– Je t’attends !

Je pense que depuis le temps, beaucoup sont fatigués, blessés, tout simplement à bout. Un bon nombre se laissent tomber au sol, peu souhaitant continuer. Bien des jauges de vie et de vitalité devant clignoter telles des décorations de Noël en mode psychédélique. Étrangement, je m’attendais à ce genre de fin, après tout cette guerre a pris sa source dans ce conflit, celle de deux chevaliers. Ayant suivi l’histoire de près ou de loin, je pense que nous sommes tous à peu près à attendre le dénouement final.

Un fossé se forme naturellement alors que la foule s’écarte, entourant les opposants. Ceux-ci s’observent, tous deux essoufflés par les combats qu’ils ont menés pour enfin se rencontrer.

– Alors tu n’utilises pas ton souffle sur moi ?

– Pourquoi ? Tu souhaites que je t’apprenne à voler à toi aussi ?

Décidément Mordred sait parfaitement ou frapper pour faire mal, Arthur grogne, bien loin du gentilhomme qui affiche d’habitude. Cette fois, aucun des deux ne sera venu avec son masque. Arthur tend alors la main vers son ennemi et je ne sais pourquoi, cela ne me dit rien qui vaille. Il existe tant de compétences ultimes et apparemment en possède une désormais. Mais laquelle a-t-il choisie ? Quel mal va-t-il lui faire ?

Le souffle qu’il projette fait glisser le chevalier noir sur quelques dizaines de centimètres, rien de plus. Celui-ci s’étant protégé le visage de ses bras, courbé se redresse, semble étonné puis ne peut s’empêcher de lui rire au nez. Et pourtant Arthur reste confiant, lui aussi sourit.

– C’est tout ? Tu voulais juste que je m’enrhume ?

– Sois patient.

Mordred ne sourit plus, il redevient sérieux. Qu’a-t-il compris ? Qu’est ce que le sort lui a réellement fait ? Il fait tournoyer son arme et s’avance, comme s’il devenait pressé par le temps, portant des coups violents et le bouclier adverse pare. Arthur semble s’amuser, l’aurait-il empoisonné ?

– Qu’est-ce que c’est ? demande Pendragon.

– Oh trois fois rien, une nouvelle compétence. Nous l’avons implantée la semaine dernière. Tu n’as pas reçu mon mémo ?

Pendragon père réel de Mordred frappe la rambarde, comme prêt à intervenir, mais il n’en a pas le droit.

– Qu’est-ce qu’il lui a fait, monsieur Evans ?

– Sa jauge de vie… elle descend, mais ne remonte pas. Il a bloqué sa régénération de vie.

– Alors, laissez-moi y aller, m’écriais-je ! Je suis soigneuse je peux l’aider à…

– Non. Non seulement personne ne doit s’en mêler et surtout pas toi, il m’en voudrait si je te laisse descendre. Et d’ailleurs, tu ne pourrais rien faire, cela bloque tout ce qui pourrait le régénérer. Soins, potions, parchemins, tout.

Il soupire et perd de son assurance, baissant des épaules et allant se rasseoir comme ne voulant pas assister à cela plus longtemps.

Sans cela, il aurait dû gagner. Les enchantements de Silas, sa force, sa rage. Mais si sa vie est ainsi affectée, il n’a aucune chance. Pourtant il se bat comme s’il lui restait un espoir.