Gaëlle Laurier

Auteur de romances. Découvrez mes univers.

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode



Whole New World 1.0

Partie 11.2


Mordred me tend la main afin de m’y accompagner et je remarque qu’il aura troqué ses gants de métal contre d’autres, plus souples, en cuir. Me permettant ainsi de la lui prendre sans mal.

– Les choses diffèrent selon le pouvoir que vous choisirez, madame. Certains doivent être acquis par la force, mais ce n’est pas le cas ici je pense, d’autres par la ruse ou via une énigme. Pour ce qui est de la plume du Phoenix, il vous faudra sans doute trouver le symbole ou bien l’animal en question. Ouvrons l’œil.

Nous traversons donc la fine étendue d’eau, les poissons lumineux s’écartant à notre passage, filant dans les algues phosphorescentes. Si l’eau est tiède, l’air ne l’est pas moins, ce monde m’étonnera toujours. Même les sons qui nous parviennent reprennent le rythme des vagues ainsi que ceux de quelques clochettes.

Enfin une lumière ayant une forme quasi humaine traverse devant nous, ou plutôt, elle semble flotter.

– Non, ce doit être le pouvoir des soins amplifiés.

– Et ce serait bien aussi non ?

– Nelle ! fait-il d’un ton moralisateur.

Mais je comprends, nous sommes ici pour autre chose et bien mieux sans doute. Pour cela je lui fais confiance. Enfin, après avoir croisé d’autres figures lumineuses et des portes aux symboles évocateurs, une douce chaleur se fait sentir. Il me fait quitter la route, m’entraînant entre les arbres, me tenant toujours la main. C’est à la fois exaltant et angoissant. Mais pour une fois, l’angoisse que je ressens n’est que le reflet de la peur de mal faire les choses, d’échouer.

– Lorsque j’ai acquis le souffle du dragon, j’ai ressenti un élément commun, le vent. Un dragon étant dissimulé dans les profondeurs de ces bois magiques. Il m’a fallu passer une épreuve, celle de résister à son souffle et j’imagine que toi aussi tu devras affronter le phœnix. Mais comme je te l’ai dit, n’aie pas peur, le but n’est pas de te faire de mal, tout cela est symbolique.

Il stoppe net, moi à sa suite, me retenant à son bras tant le spectacle est grandiose. Il est là, perché sur une branche, le phœnix fait de flammes. Il nous observe.

Je lâche sa main ainsi que son bras et m’avance. C’est l’une de ses plumes que je viens chercher et me vient l’idée de regarder au sol si jamais il n’en sera pas tombé. Mais l’oiseau se met à siffler, on dirait le son de plusieurs instruments à vent mélangés en un seul.

– Je t’en prie, je voudrais l’une de tes plumes afin de posséder ton pouvoir de résurrection.

Je ne sais si cela compte que d’exprimer cela tel un vœu, mais le phœnix secoue la tête, se remet à siffler puis à battre des ailes. Il s‘élève, créant une sorte de bourrasque chaude autour de moi. Je me tourne et remarque que Mordred est malgré tout anxieux pourtant il se répète, je n’ai rien à craindre. J’imagine qu’il doit craindre que cela ne m’angoisse et que je refasse une crise. Mais en fait, je me sens plutôt bien, un peu tendue devant ce qui m’attend, mais bien. Je crois d’ailleurs que de nous deux, c’est lui qui s’inquiète le plus. Jusqu’au moment où le phœnix semble bien moins amical, sifflant de manière répétée et vient à me foncer dessus.

– Nelle !

L’espace d’une seconde ou même moins que cela, je me sens brûlante. J’ai l’impression que tel un fantôme l’oiseau m’aura traversée. L’idée même me donne la chair de poule ainsi que des vertiges et mes jambes fléchissent subitement. Mordred m’ayant rattrapé avant que je ne touche le sol détrempé, il est lumineux. Ou alors est-ce moi qui le suis, entourée d’une lueur semblable aux flammes de l’oiseau.

– Ça va ? s’inquiète-t-il.

– Oui, je crois.

Il sourit, se rassure et la lueur s‘estompe, ne laissant qu’un symbole sur ma peau, au niveau du dos de ma main droite. Un dessin de plume. Finalement celui-ci s‘éteint alors que je l’observe, ravie. Ça a marché !