Gaëlle Laurier

Auteur de romances

Découvrez mes univers


En savoir plus

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode




In real life 6


Au fond, je crois que je m’en doutais. Depuis peu de temps, mais c’était logique. Ancien joueur, parfaitement au courant des ficelles de cet univers et puis cette voix que j’avais dû confondre une ou deux fois. Thomas.

Mais avant de pouvoir en dire quoi que ce soit, la séance toucha a sa fin. Heureusement, j’avais pu le régénérer suffisamment. Je me redresse, ayant passé toute cette séance sur son lit et enlève le casque, le posant avec précautions ensuite. Comme il s’était lancé peu après moi, il en avait encore pour quelques minutes avant de se déconnecter. Et je l’observe durant ce temps. C’était donc lui Mordred !

Les maigres indices que j’avais pu glaner le situaient comme un garçon de 17 ans (il me l’avait avoué lui-même) et potentiellement brun bien qu’il aurait pu personnaliser son personnage en jeu. Cora avait bien forcé sur le bonnet de son soutien-gorge (ou alors je la plaignais pour dénicher des sous-vêtements à sa taille !). Mince ! Alors c’était lui le tueur sanguinaire et sans pitié, la terreur des nouveaux, l’assassin présumé de ce Merlin que je ne connaissais toujours pas… et de l’invocatrice cette fois. Bien que pour cette dernière, j’avais compris qu’il s‘agissait à la fois de légitime défense et de nous protéger de leurs enlèvements répétés, pour le reste, cela restait obscur et cette fois, je voulais des explications.

Thomas ouvrit les yeux finalement et se redressa avant de se débarrasser de son casque. Il avait l’air de s’attendre à ce que je grogne ou que je le lui crie dessus. Mais j’étais surtout curieuse.

– C’était ça la seule question à laquelle tu ne voulais pas répondre ? Ton identité ? Mais pourquoi ?

– À cause de mon père. Il aurait eu à pâtir que l’on sache que le fils de l’un des créateurs du jeu s’amuse à massacrer les nouveaux venus. Enfin, même si cela ne m’amuse pas vraiment. C’est un mal nécessaire. Mais j’imagine que tu voudrais en savoir plus.

Évidemment, je lui fis signe que oui de la tête. Il s’assit en tailleur dans son lit, s’essuya la paume des mains sur son jeans, comme si elles étaient moites puis se lança.

– Bon… tout d’abord… comment dire. Cora et moi. Enfin je vais commencer du début.

– Cora était la première Nelle. Ainsi que ta petite amie à l’époque. Puis elle t’a quitté pour Arthur.

– Ah ! Tu savais déjà !

– Oui, j’ai de bons amis espions, souriais-je. Mais je ne sais que peu d’autre chose mis à part ça. Alors je t’écoute.

– On a tous nos petits secrets il faut croire. Tu joues afin de te sentir mieux et passer outre tes peurs… ce sont tes parents qui m’ont un peu raconté l’autre jour. Et moi, tout porte à croire que je ne songe qu’à me venger d’Arthur. Il y a de ça oui, mais… pas uniquement.

Il pose sa main sur l’une des miennes. Était-ce pour se donner du courage ou pour avouer un autre de ses petits secrets ? Je n’ai nulle envie de la repousser ou même de l’ignorer, au contraire, je me rapproche, attentive tout en liant mes doigts aux siens. Ce geste me semble si naturel sur le moment, n’engendrant aucune angoisse.