Gaëlle Laurier

Auteur de romances

Découvrez mes univers


En savoir plus

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode




Partie 8.2


Je me retrouve au cœur du fort de Camelot. Et face à un… une… comment appelle-t-on ces créatures déjà ? Un corps de lion dont la tête est garnie des cornes de bouc et paré d’ailes faites de plumes. L’animal s’approche et se met à rugir, mettant en avant deux rangées de dents tranchantes et me faisant crier de peur avant de me reculer jusqu’à atteindre le fond d’une cellule.

– Ne sois pas si froussarde, n’est-il pas magnifique ?

C’est Cora. Je n’avais pas encore remarqué sa présence. Elle s’approche et lui caresse la crinière. Ainsi cajolée, la bête remue la queue, celle-ci se terminant en une sorte de tête de serpent fantomatique. Je crois rêver. C’est une chimère !

– Si je me retiens de lui ordonner de te tuer sur le champ, c’est bien parce que Arthur me l’a interdit. Quoique… tu serais sans doute bien moins intéressante avec un bras de moins.

Mais est-elle folle ? Je n’ai jamais demandé à être amenée ici et à vrai dire, cela a plus des allures d‘enlèvement cette fois. Qui plus est pour me retrouver face à quelqu’un souhaitant me faire mutiler.

– Rassure-toi, je ne veux pas rester ici une minute de plus.

Et me souvenant qu’il m’est possible de rejoindre mon « époux » virtuel, je lance la compétence qui me le permet, mais rien de se passe comme prévu. Je réitère avant de songer aux parchemins de transport, là aussi, aucun résultat.

– Inutile, se moque-t-elle, me voyant user de celui-ci pour rien. Réfléchi. Comment Arthur et ses hommes sont-ils allés jusqu’à Mordred ? Nous avons pu trouver cette chimère grâce à laquelle j’ai survolé les mers jusqu’à retrouver la tour. Cela t’étonne que je sache depuis toujours ou elle se trouve ? Ensuite, je n’ai eu qu’a utiliser mes dons d’invocatrice. Et à l’heure qu’il est, il a sûrement coupé toute possibilité de s’y rendre.

Elle referme la porte de la cellule, la chimère m’empêchant toute tentative d’évasion laissée tel un chien de garde. Et alors que la logique voudrait que je sois en sécurité ici au fort du seigneur Arthur, fraîchement libérée des griffes du chevalier noir, son pire ennemi, je m’y retrouve au contraire prisonnière.