Gaëlle Laurier

Auteur de romances. Découvrez mes univers.

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode



Whole New World 1.0

Partie 4.0


Le week-end suivant, une fois en jeu, je contacte Silas, lui laissant un message afin de lui donner rendez-vous à la taverne. Il me promet d’arriver au plus vite. Entre-temps, je repense au conseil du docteur. Contacter Mordred.

 

[Bonjour !

Je suis Nelle, du moins la nouvelle joueuse de Nelle et j’ai pris connaissance de notre lien après l’avoir choisie. Je ne pense pas pouvoir assurer ce genre de relation, je suis désolée, j’aurais dû me renseigner mieux, je l’admets. Est-il possible de le briser ou de ne pas en tenir compte ? Merci pour ta compréhension.]

 

Il est en ligne. J’ai compris comment le voir à présent. Il fait partie d’une liste d’amis très courte dans laquelle figure, aussi étrangement que cela puisse être : Arthur ! Mais tout l’historique des conversations ayant été effacé, je ne peux faire aucun retour là-dessus.

Pourtant il ne répondit pas de suite. Trop occupé à occire un pauvre nouveau quelque part ? J’espérais que non.

– Bien le bonjour gente dame ! me fit Silas en arrivant, saluant avec beaucoup de manières.

– Bonjour monseigneur, répondis-je afin de me plonger dans l’ambiance de ce qu’il nommait le roleplay.

– Juste messire, cela suffira. Prête pour l’entraînement ? J’ai trois propositions à vous faire. La première est la moins rapide, mais la plus sure, le camp d’entraînement de la garde. La seconde est de tenter tout comme je l’ai fait l’autre jour, d’aller houspiller quelques hommes lézards au-dehors, ce qui peut s’avérer dangereux, vous l’avez constaté. La dernière suppose que nous connaissions bien les membres d’une guilde possédant un fort. Mais c’est de loin la meilleure méthode.

Je réfléchis un moment puis lui avoue connaître une guilde de ce type, mais sans savoir si Arthur accepterait. De ce fait, l’ayant en ami et ayant compris le principe, je le lui demande par écrit, il accepta. Encore faut-il se rendre jusque-là.

– J’ai un parchemin qui y mène, mais un seul malheureusement.

– Oui, mais tu es calligraphe non ? Tu peux le reproduire.

– Ah ?

Suivant les conseils de Silas et après avoir acheté du parchemin vierge, me voici en possession de quelques-uns de ces parchemins si précieux. Nous passons donc une partie de la séance là-bas, à nous essayer sur divers monstres créés spécialement pour l’entraînement et selon les critères que nous fournissions. Nous avions bien progressé tous deux lorsque je reçus un message, une réponse du chevalier noir. Enfin. Le cœur battant, je la lus.

– Que dit-il ?

 

[Hors de question.]

 

– Il refuse manifestement. Ah… j’en ai reçu un autre… attends…

 

[As-tu choisi ta classe ? Prends Enchanteur.]

 

– Il me dit de choisir enchanteur comme classe.

– Il dit n’importe quoi, cela n’existe même pas, s’étonna Silas.

– Comment le savoir ?

– Fais une recherche de classe.

Je m’exécute et trouve bel et bien celle qu’il m’ordonnait de choisir : enchanteresse (Beta).

– Comment ce type savait que cela existe ? Ça dit quelque chose sur cette spécialisation ?

Curieux, Silas s’empressa de consulter la fiche de classe et je voyais son visage s’illuminer.

– Oh la vache ! Pardon... mais c’est énorme comme truc. L’enchanteur permet d’augmenter ses capacités ! Et c’est exponentiel suivant les niveaux qu’il prend ! Excuse-moi, mais… mais je crois que je vais tenter, cela me changera de mes sorts de feu à la noix.

– Quant à moi, fis-je pratiquement sur un coup de tête, je préfère nettement les soins.

Nous validons donc tout deux nos choix, c’est désormais définitif et Mordred n’appréciera sans doute pas, mais je ne souhaite pas me conforter à ses choix, je préfére nettement être un soutient qu’une arme.