Gaëlle Laurier

Auteur de romances. Découvrez mes univers.

Facebook Twitter Instagram Wattpad Fyctia Scribay Imaginae Booknode



Whole New World 1.0

Partie 1.2


Si nous avions été plongés dans un conte façon Disney, je serais alors totalement rassurée sur l’issue du combat, mais ici, rien n’est certain. Au contraire, le chevalier noir mène largement. Qu’attendent donc ses compagnons pour le seconder ? Ils voient pourtant bien qu’il ne tiendra pas ! Leur sens de l’honneur si pointu les pousserait-il à laisser mourir leur ami ?

Quant à moi, j’ai beau être débutante, le guide m’aura très bien expliqué l’emploi de certaines de mes compétences. Je suis mage de faible niveau et par conséquent sans spécialité. Je dispose donc des premiers soins ainsi que deux ou trois autres bricoles. Voyant le chevalier blanc en difficulté, je le prends pour cible et lui lance un peu de magie régénératrice.

Il se retrouve entouré d’un faible halo parsemé d’étoiles. Mais la rouquine ricane devant le faible nombre de points de vie que je lui rends, aussitôt évanouis avec le prochain coup.

– Pour faire ça, ne fait rien, me lance-t-elle.

– Au moins, elle, elle m’aide ! répond le héros alors qu’il esquive l’un des coups.

– Oh ça va, tu nous l’avais interdit ! râle l’elfe.

– Et je fais comment sinon ? Il a encore gagné un niveau depuis la dernière fois ce salopard !

– Le salopard t’emmerde ! grogne notre ennemi.

A les voir tant qu’a les entendre, j’ai la nette impression qu’ils n’en sont pas à leur première rencontre et voyant toujours l’un comme l’autre en vie, la logique me pousse à croire qu’ils sont tout aussi fort l’un que l’autre.

– Bon, mange ma jolie fléchette surprise ! entonne joyeusement l’archer.

Il décoche une nouvelle flèche, mais le chevalier noir tend la main à temps et la dévie grâce à ce qui m’a tout l’air d’être un sort magique. Je dois avouer que je lui trouve un côté très Dark Vador à ce moment la, possédant une certaine classe s’il n’avait été si dangereux. Ainsi déviée, la flèche me rate de peu, m’égratignant au niveau de l’épaule. Cela me brûle soudainement. Là aussi je dois avouer que le réalisme est troublant. Le haut de ma manche est déchiré et la plaie peu profonde.

– Oh merde ! entonne l’archer.

– Non non ça va, fis-je afin de le rassurer.

La rousse se remet à rire, se moquant cette fois ouvertement de son compagnon tandis que les combattants s’écartent, baissant les armes.

– Vous êtes vraiment des minables, fait l’homme au masque sombre. Mais merci de me faciliter la tâche.

Je les observe un par un, ne comprenant pas vraiment ce revirement de situation.

– Désolé vraiment… c’est… elle était empoisonnée.

Ma jauge de vie descend à une allure folle, je n’ai pas assez de points pour résister à pareil poison. Et moi qui me pensais être tirée d’affaires...