Elucubrations

 Aide-mémoire La naissance de Séraphin

Publié le Mercredi 20 Avril 2016 à 14:10


Mise à jour du 16 juin 2017.

Comme l'indique le titre, il s'agit ici d'un aide-mémoire afin de me souvenir voire d'informer si jamais un curieux passait par la, sur comment cette histoire est née.

/ ! \ Attention SPOIL / ! \

L’histoire a déjà été abordée au cours d’une interview de Steam-Weather dans Les Interviews d’une lectrice égarée (lien en commentaire).

Également élu coup de cœur du mois de mars (2016) par le Watt'Mag. Un grand merci à Neradja  (lien en commentaire).

 

 Pourquoi ce titre ?

 Journal d’un espion à la cour du roi Louis XIII.

 Oui ce titre est trop long et peut sembler faire preuve d’un manque de réflexion, mais il indique bel et bien de quoi il s’agit, de quand cela se passe sans pour autant vous raconter la vie complète du personnage. Et puis, je le vois comme un petit trait d’humour que d’avoir trop rallongé l’intitulé. Séraphin ayant lui-même un certain sens de l’humour ^^

 C’est un peu comme « Faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages » de 1968 ou plus récemment « Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir des parents communistes » en 1993. Ces titres sont longs et assez amusants. Titres de films choisis au pif et à titre purement indicatif ^^

 Officiellement, le titre est donc devenu « Journal d’un espion ». Tout court.

(En avant Monsieur Toutcourt ! Pour ceux qui connaissent ^^)

 

L’inspiration

 J’aime l’époque en question, le dix-septième siècle. Paris, la cour du roi Louis XIII, ses mousquetaires et ses intrigues. Merci Monsieur Dumas :)

(Mon préféré ayant toujours été Portos, joyeux et bon vivant, cela dit en passant)

C’est en cherchant un forum de jeu de rôles historique que je suis tombée sur l’un d’eux reprenant ce contexte. Après y avoir déambulé à la recherche d’un personnage qui tardait à venir, il y eut l’illumination. Merci Alexander, Canal+ et la série Versailles.

 Même si l’époque se situait une génération plus loin, le personnage de « Monsieur » Philippe d’Orléans m’inspira beaucoup. Mais comme, à l’époque, nous en avions que quelques extraits et photos, j’ai imaginé Séraphin tel que j’imaginais le prince. Il est donc tiré de la mais avec la vision que j’en ai eue à ce moment-là. Précieux, élégant, courageux, drôle, charismatique, sensible.

 Toute mon enfance et adolescence et même plus tard, je fus une grande fan d’Angélique, la marquise des Anges de 1964 (pas la récente). Il doit m’en rester pas mal de choses d’ailleurs, surtout le côté « ange » récurrent et certaines petites choses dans l’histoire. Mais que voulez-vous, l’inspiration... ^^

 

D’où viennent les noms choisis ?

 De Gunof, générateur de noms pour jeux de rôles. Je cherchais un nom en vieux français. Séraphin est apparu comme une évidence. Il aurait pu se nommer Gabriel (j’adore ce prénom, mais je souhaitais vraiment quelque chose de vieillot ou Raphaël [ma tortue ninja favorite, si si !] dont j’ai affublé son frère d’adoption finalement).

  •  Séraphin, dénomination de l’un des sept chœurs angéliques, est un homme beau, au visage presque féminin. C’est également un libertin jouant de son physique comme d’un avantage en plus du caractère enjôleur qu’il affiche. Au fond, il n’aime pas ce rôle. Il s’agit d’un masque, d’une façade.

(C) http://tei-dreams.tumblr.com

  • Annabelle. Je voulais que ce nom transpire ce qu’il inspirait à son époux. Belle devait être son surnom. Ç’aurait pu être Isabelle, mais finalement non.
  • Alexandre. Le nom véritable de Séraphin avant son adoption et celui de son fils (spoil sorry mais il y en aura d’autres, prenez garde !). Il vient avant tout de l’interprète de « Monsieur », mais traduit en français, je trouve qu’il lui va bien :)
  • Angélique (Angèle). Inutile de préciser, je crois. Personnage ayant son importance plus tard. Surprise.

 Mis à part les noms des héros de Dumas, les autres sont tirés de Gunof, de la série des « Angélique » (qui a reconnu Jean-Pourri et le Marquis de Vardes ?) ou « pondus » sur l’instant.

 

Histoire d’une histoire (édité au 14/02/2016 puis 16/06/2017)

 Il manquait plusieurs chapitres lors de la première publication. Ils virent plus tard. Les premiers écrits ayant été le prologue et l’ellipse à Belle. Beaucoup étant inspirés par le Rp fait avec ce personnage (bien que je ne prends en compte que ce que j’ai inventé la plupart du temps et non les réponses exactes de mes partenaires). Partenaires que je remercie d’ailleurs, car sans eux et sans les administrateurs de ce forum, pas de Séraphin. Merci :)

 L’époque 1 se base sur Séraphin. Une brève parenthèse sur son enfance, ses premiers pas à Paris, son meilleur ami, ses missions, ses alliés (les mousquetaires), ses ennemis jurés, ses amours et enfin… sa Belle. Tandis qu’une seconde époque se réfère beaucoup plus à son fils, Alexandre.

 Le brave petit ayant ses aventures débutant dès l’âge de huit ans et provoquera une sorte de retour aux sources dans les rues mal pavées de la capitale pour lui et son père. Il grandira ensuite bien vite et se retrouvera face à ses propres amours, ses propres problèmes et même les fantômes du passé de son cher papa. Souhaitant quant à lui devenir mousquetaire.

 Il fut difficile de respecter l’histoire exacte. Et ne comptant au départ que sur mes acquis, je dus par la suite rectifier le tir de quelques années. En effet, il était un peu limite de voir Alexandre souhaiter devenir mousquetaire dès l’âge de seize ans puisqu’ils ont été dissous alors qu’il était âgé de sept ans (si je suis ma ligne du temps), mais réhabilités tout juste pour son entrée.

 Une suite encore à l’état de plan et de quelques anecdotes est prévue. Une troisième génération, un nouvel espion Gabriel de Monllieu, fils d’Alexandre. Reprenant le flambeau, mais, hélas, plus de Séraphin. Ou seulement sous forme de souvenirs. Son esprit étant bien présent dans le cœur du nouvel espion qui, lui, travaillera à Versailles (logique si je suis la ligne du temps ^^).

 

En vrac, anecdotes

  • Annabelle devait décéder en couches lors de la naissance du petit Alexandre. Mais au final, je n’ai pas pu écrire la peine que cela aurait occasionnée à Séraphin. J’ai tout effacé. Surtout qu’il perdait son père peu avant : /
  • Comme l’a souligné une lectrice, Perlemu (que je salue et remercie au passage), l’histoire fait parfois irréaliste, héroïque façon film de cape et d’épée et à un côté fleur bleue, mais... je crois que justement j’adore ça !
  • Concernant les romans de la série Angélique. J’ai dû fouiner durant des semaines afin de retrouver les romans originaux dans une boutique de seconde main spécialisée dans les livres.
  • Mon doudou était presque jaloux de Robert Hossein à nos débuts de vie en couple ^^

Je ne pense pas que ce sera dit dans la fiction, mais pour ceux voulant savoir.  Alexandre ne restera mousquetaire qu’une dizaine d’années. Les forces étant de plus en plus usitées à se battre contre les gens du petit peuple, il rendra les armes et se retirera dans ses terres en compagnie de sa femme Angélique et de leurs deux enfants, Gabriel et Aurore.

Il aura, entre-temps accompli un fait d’armes remarqué et, ayant des terres, mais sans aucun titre (Raphael ayant disparu depuis), il sera anobli au titre de comte comme le fut son grand-père par adoption afin de légitimer tout cela. Il en reviendra blessé à la jambe également, boitillant le reste de ses jours (il y a dû Joffrey là-dessous !).

Séraphin et Annabelle vivront de même dans le domaine familial jusqu’à leurs derniers jours. La douce Belle partira en premier lieu, son cœur étant fragile, Séraphin la suivra dans la mort quelques semaines plus tard. Ne pouvant vivre sans son plus bel amour.

Mais avant de partir, il laissera son héritage à son petit fils. Mieux que des terres ou de l’or : ses mémoires.

 

Couvertures des trois tomes

En bonus, les personnages en chibi ^^

Séraphin - Annabelle - Alexandre - Angélique

http://chibimaker.org