Chroniques et partages

 Love ticket

Publié le Mercredi 09 Août 2017 à 14:51


Je l'ai lu ! Et jusqu'au bout. Ce fut une lecture plaisante, mais qui n’entrera pas dans mes meilleures lectures pour autant. Love ticket de Mikky Sophie.

Employée dans un fast-food, Mélissa se débat avec ses problèmes d'argent. Sa vie sentimentale ? Aussi vide que son compte en banque...

Mais la chance tourne quand elle remporte dix millions d'euros au loto. Quel pied de nez au banquier qui l'avait prise de haut quelques jours auparavant ! Une revanche sur ce beau garçon prétentieux et beaucoup trop sûr de lui...

Alors que Mélissa profite de sa fortune toute neuve pour réaliser ses rêves les plus fous, elle découvre qu'elle n'aurait peut-être pas dî juger cet homme sur les apparences. Et si son ticket de loto lui faisait gagner beaucoup plus que dix millions d'euros ?

Love ticket c’est la course-poursuite d’une femme amoureuse derrière un gars qui voudrait bien, mais qui ne peut pas. Des quiproquos qui pourraient s’expliquer en deux minutes, mais qui ne se font pas, car cela amputerait l’histoire d’un bon tiers… Et sincèrement, le ticket gagnant du loto n’était pas indispensable.

L’héroïne (Mélissa) à une chance inouïe que cet homme (David) soit effectivement fou d‘elle, car il ne le montre pas des masses et a plutôt un comportement fuyant. C’était risquer de se prendre non seulement un râteau, mais une plainte pour harcèlement.

Pour être brève, je n’ai franchement apprécié aucun personnage ^^’

Je n’ai pas aimé les copines, Cassandra la baise-partout ou Félicité qui n’a absolument rien de sympathique. Cela change de la meilleure amie toujours joviale, mais… ah non attendez, Cassandra est cette meilleure amie toujours joviale. On pourrait la tartiner de Nutella et l’envoyer sur un nid de fourmis qu’elle trouverait ça drôle.

Le héros, David a effectivement perdu ses couilles durant l’histoire. Et, hélas ne les a pas retrouvées. Jamais. Encore moins lors de son monologue interne au moment de payer la chambre d’hôtel qui m’a donné l’impression d‘avoir été rajouté rapidement pour contenter un lectorat féministe. J’espère au moins que cela leur aura plu, cela me semblait cliché pour ma part.

Néanmoins, c’est la première romance que je parviens à terminer ces derniers temps. À savoir qu’elle ne m’a pas blasée avant la fin ou ne tourne pas en rond. Juste que le côté « identification » n’a pas pris. Mais ça bouge sans arrêt, j’ai eu l’impression de courir tout le temps derrière Mélissa, je me suis rarement ennuyée. Je me suis parfois demandé ce qu’ils allaient encore nous sortir plutôt que de cracher le morceau, mais c’est le jeu ma pauvre Lucette. Si les personnages se dévoilaient d’emblée, il n’y aurait rien à raconter. Mais il était temps tout de même.

Ah… et la fiancée, elle mérite des gifles, tout simplement.