Actualités

 Interview pour Électrons libres

Publié le Mardi 20 Juin 2017 à 13:15


Électrons libres est la collection dans laquelle a été édité Scandales à Easton Creek, mon tout premier livre paru au mois de mai. Voici la petite interview envoyée à cette occasion :)

 

Vous êtes l’auteur de Scandales à Easton Creek, parlez-nous un peu de cet ouvrage.

Au moment d’écrire Scandales à Easton Creek, je sortais de plusieurs semaines de non-écriture. Non pas par manque d’inspiration puisque plusieurs histoires étaient en cours, mais pour un petit souci de santé qui me cloua plus au lit que devant mon ordinateur.

Je m’étais installée, mains au-dessus du clavier et je me suis dit « je voudrais écrire un truc qui me plaise, me détende, m’amuse même, que j’aurais plaisir à lire moi-même ». J’avoue, je me dis à peu près cela à chaque début d’histoire. Et une ébauche de romance western, inspirée de l’un de mes personnages de jeu de rôle me trottait dans la tête. Je voyais bien les deux héros, leur entourage, la ville d’Easton Creek ainsi qu’un début de mystère se profilant. Finalement, au moment où je me lançais, j’avais pratiquement tout en tête (du moins les grandes lignes) et deux chutes possibles.

Eden et Thomas sont alors nés. Tom n’étant pas très bien vu en ville, car non seulement il venait d’arriver, mais tous savaient déjà qu’il avait fait de la prison pour faits graves. La jeune fille tout d’abord aussi effrayée que les autres passa outre, en vint à le connaître, l’apprécier, en tomber amoureuse. Mais ce n’est pas qu’une romance. Une mine qui explose, le vieux maire retrouvé mort, des coups de poing qui se perdent, des traces suspectes. Les rumeurs et les petits scandales s’enchainent à Easton Creek, le plus gros étant sur le point d’éclater !

Il fut publié sur Wattpad au rythme d’un à deux chapitres par jour, je l’avais surnommé la romance western de l’été, sans me rependre vraiment au sérieux. Et cela a plu ! Tant que participant aux Wattys2016 (grand concours officiel international lancé par Wattpad, le premier pour la partie francophone cette année-là qui plus est), il figurait parmi les gagnants de la catégorie Trésors cachés. De quoi tomber de sa chaise !

 

En plus d’être l’heureuse propriétaire de ce roman, vous êtes une auteure prolifique sur les plateformes de lectures en ligne. Parlez-nous un peu de votre aventure sur Wattpad, et plus récemment sur Fyctia.

J’ai connu Fyctia en premier via une publicité. À ce moment-là, j’écrivais encore un peu en ermite, sans publier mes textes ou si peu (une fanfiction et deux ou trois nouvelles poussiéreuses). J’y avais présenté une histoire un peu fantasy lors de l’un de leurs premiers concours (je crois) : Un monde meilleur, Young adult. Le principe étant d’avoir des votes en suffisance pour débloquer ses chapitres et étant assez novice dans tout cela, j’ai pu débloquer 15 chapitres.

Suivant les autres candidats, le nom de Wattpad revenait souvent, ma curiosité aidant…

J’ai donc commencé à publier sur Wattpad. Fais quelques rencontres, des découvertes littéraires intéressantes, apprises pas mal de choses également, car la communauté est très active et beaucoup de membres aiment non seulement écrire, mais également aider et conseiller. Et n’ai plus décroché depuis. Actuellement, il y a 12 histoires de publiées (dont 7 sont terminées).

Du côté de Fyctia, j’attendais, tapie dans l’ombre qu’un thème m’inspire de nouveau. J’ai hésité plusieurs fois puis me suis lancée récemment donc pour le concours New Romance Dark attraction, avec une fiction nommée Fusion. C’est en cours…

 

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?

C’est difficile de mettre des mots sur cette impression : le besoin d’écrire. Le besoin de sortir de votre tête toutes ces histoires qui s’y bousculent. Certaines étant terriblement barbantes et ne quitteraient jamais leur premier jet à demi commencé, d’autres avec du potentiel (et une fin !).

Au tout début, je voulais être écrivain. J’avais 9 ans tout de même. Je voulais aussi être archéologue, j’admirais cette profession passionnante ou l’on se plonge dans l’histoire des gens et civilisations du passé. Ou l’on imagine ce qu’était leur vie. Avec les années, écrire juste pour moi seule me convenait. Avec l’arrivée d’internet (et encore, cela a pris du temps avant de me décider), j’ai commencé à partager. Avec la peur de mauvais retours bien entendu, c’était là le point le plus rébarbatif. Je craignais que cela me coupe l’envie. Aujourd’hui, en plus d’aimer tout simplement coucher mon imaginaire sur un support, j’aime le contact sympathique avec les lecteurs, les petites plaisanteries faites au détour d’un chapitre, leurs impressions sur tel personnage ou tel passage.

On m’a dit un jour que lorsque l’on se lève chaque matin avec l’envie de chanter, c’est que l’on est fait pour ça. Je me lève chaque matin avec l’envie d’écrire.

 

Vous êtes auteur, la question que l’on peut se poser est si en plus d’écrire, vous lisez également. Si oui, quoi ? Sinon, pourquoi ?

Je ne lis pas autant que je ne le voudrais, je l’avoue. Cela ne vient pas seulement d’un manque de temps, mais de la faiblesse de mes yeux et d’une tendance à la migraine récurrente. Je glisse ici ou là une lecture dès que je peux. Que ce soit d’œuvres publiées, autopubliées ou encore même sur les plateformes en ligne.

Durant longtemps, je maintenais mes favoris parmi les classiques lus dans mon adolescence (comme pour la musique au fond, toujours les mêmes, les chouchous). René Barjavel, Bernard Werber, Stephen King entre autres (et la Comtesse de Ségur, mais j’étais petite). Récemment, je peux ajouter de nouveaux noms à ma liste. Notamment Colleen Hoover qui possède un talent fou pour nous émouvoir. La pétillante Charlie Wat ou Amy Engel. Je rêve d’écrire une saga telle que celle de Diana Gabaldon (d’où est tirée la série Outlander).

 

Revenons à Scandales à Easton Creek, comment avez-vous écrit cette histoire ? D’où vous est venue l’inspiration ? Combien de temps avez-vous mis pour l’écrire ?

Au départ, d’un personnage de jeu de rôle. Eden Sullivan était déjà née, mais évoluant à l’époque où elle était amoureuse du bon docteur Conroy (Thomas Valentine n’existant tout simplement pas encore, j’espérais pouvoir le créer et le proposer au jeu. De ce fait, il était là à attendre patiemment son tour). J’aime beaucoup imaginer et même écrire l’histoire de mes personnages en parallèle. C’est ce qui m’est arrivé pour d’autres romans d’ailleurs. Lorsqu’un personnage me plait, j’aime le compléter, ne pas le laisser dans son coin à ne faire qu’une apparition de temps à autre, j’aime lui construire une vie propre et m’y référer en temps utile.

Certaines scènes sont inspirées de vieux films « cow-boy », j’en étais friande lorsque j’étais petite. Je me suis fait de gros plaisirs à y inclure des passages que je trouvais drôles, peut-être clichés pour ceux possèdent les mêmes références, mais cela me tenait à cœur. Comme pour une recette de cuisine, certains ingrédients me semblaient indispensables. Une mine, un mystère, une ou deux bagarres, une jolie dame en détresse et… le passage dans la cabane !

Il y a un clin d’œil involontaire au film « Road house » également, je me suis rendu compte de cette similitude après coup. Je n’en dis pas plus. À découvrir !

L’écriture fut très rapide, car je tenais à publier un chapitre par jour et j’avais du temps devant moi. Nous étions à cheval sur les mois d’août et septembre. Je parvins à en écrire entre un et trois quotidiennement (mais ils ne sont pas bien longs non plus).

 

Scandales à Easton Creek est votre première publication dans une maison d’édition, qu’avez-vous ressenti lorsque l’on vous a annoncé qu’il était retenu ?

De la perplexité *rire*
En fait, je ne suis pas allée vers la maison d’édition, mais l’inverse. Au début, je craignais même que ce soit une farce. À vrai dire, je n’étais pas encore bien décidée à le faire de suite ni avec ce roman précisément. Scandales à Easton Creek était réservé si je puis dire à Wattpad, à mon blog et je ne pensais pas en faire d’avantage. Mais l’expérience m’attirait. Je voulais voir comment cela se passait concrètement. En outre, d’avoir un avis professionnel serait très enrichissant. Donc j’ai signé.

 

Avez-vous d’autres projets d’écriture à venir ?

En deux mots : beaucoup trop !

Oui, j’ai pas mal de projets qui avancent plus ou moins bien. Des ébauches, des plans, des romans à demi voir quasi terminés qui traine, des en-cours.

Actuellement, je corrige et réécris à mon aise un roman fantastique fait de vampires et de changelins. Que j’aimerais voir publié celui-là. Un roman historique relatant les aventures d’un espion à la cour du roi Louis XIII. Une romance dans le milieu culinaire, une dystopie… ou deux…, une histoire de sirène, mais au masculin, une autre inspirée des mythes arthuriens…. Et la liste est longue. Je vais m’arrêter là avant de vous ennuyer.

Derniers en date, une romance dont le contexte se situe au sein d‘un cirque (Vassilis), ainsi que le concours Fyctia.

 

Pour terminer, un petit mot pour vos futurs lecteurs ?

Ce que j’aime dans l’écriture, c’est ce qu’elle m’apporte, ce plaisir de faire naitre une histoire, de la faire vivre (de ce fait, les fins sont parfois douloureuses). Mais j’aime tout autant, depuis que je publie sur le net, que ce plaisir soit partagé. D’avoir pu vous divertir, vous émouvoir peut-être. Bref, de vous avoir fait passer un bon moment. C’est tout ce que je souhaite, que vous preniez autant de plaisir à lire que j’en ai eu à écrire.

Alors, au plaisir de vous rencontrer  :)